Une petite contribution ?

Chroniques DVD
28
Fév
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : festival de rires sonores

Scénar : les Vikings ne supportent plus de se contenter de leurs petits territoires congelés, l’Angleterre est dans le collimateur. Le roi de celle-ci est assassiné par Ragnar le viking et la reine est violée par lui et désormais en danger. D'abord parce que le nouveau roi est cruel mais surtout parce qu'elle est enceinte du viking… Vingt ans après, son fils Eric est esclave chez les vikings et personne ne soupçonne rien de la vérité, même pas Eric. Quand Ragnar revient chez lui, son fils Einar désapprouve qu'il revienne avec un anglais et encore plus qu'un esclave braconne avec un faucon meilleur que le sien, il y perdra en œil ce qu'il gagnera en violence : il oblige l'esclave à le servir et l’humilier devient une nécessité. Quand Einar enlève Morgane, la promise du roi anglais, il en tombe amoureux en même temps qu’Eric : de quoi parfaire une haine tenace entre les deux hommes. Mais les runes interdisent que l’on tue Eric, Odin lui-même semble vouloir le sauver…

Un grand classique de cinéma populaire d’aventure avec des têtes d’affiche de grande classe, la belle Janet Leigh, Kirk Douglas (qui avait déjà bossé avec Fleisher sur 20 000 lieues sous les mers 1) et Tony Curtis, très bons acrobates, le vétéran Ernest Borgnine et les sales tronches James Donald et Frank Thring, vus d’innombrables fois dans de petits rôles dans de grands films (le premier dans La Vie passionnée de Vincent van GoghLe Pont de la rivière Kwaï ou La Grande évasion, le second dans Ben-Hur, Le Roi des rois, Le Cid ou Mad Max: au-delà du dôme du tonnerre) qui s’aiment, se détestent, s’affrontent et se tuent dans des décors très chouettes. Le gouffre aux loups affamés montre par ailleurs une Angleterre fort civilisée bien que le film n’y fut pas tourné.

Si le souffle épique de l’histoire nous embarque direct, nous fait réagir comme le capitaine Haddock quand il s’emporte un tantinet en racontant l’histoire de son ancêtre, on ne peut échapper à des détails que les historiens ne digèrent pas comme ce générique inspiré de la tapisserie de Bayeux (bidouillée bien après cette histoire). On rigole tout de même bien devant une attaque de château (assez anachronique elle aussi) avec ces rochers qui rebondissent sur les têtes, la « tradition » dingue des tresses tranchées à la hache lors de soupçons d'adultère, le moignon absolument ridicule de Curtis et une scène rigolote au bélier roulé sur un guerrier. Un peu caricatural et responsable de stéréotypes depuis tenaces sur les Vikings (alcool, saleté, misogynie…), ce film est quand même un excellent moment de cinéma.

1 plein de Kirk Douglas sur NK, agad' donc Histoire de détective, 20 000 lieues sous les mers, Ulysse, 20 000 lieues sous les mersL’Homme qui n’a pas d’étoile, Règlements de comptes à O.K. Corral, Le Dernier train pour Gun Hill

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

öfö am stoner rock france vinyle
venom english heavy black metal nwobhm cd
french brutal death metal CD
jules dassin espionnage propagande film nazisme