Une petite contribution ?

Chroniques concerts
16
Fév
2015

Pour une première déboulée là-bas, on découvre une très chouette salle intimiste,

donc parfaite pour les retrouvailles avec une voix de l’enfance (Script for a jester’s tear et Fugazi ont quasiment traumatisé l’alors frêle auteur de ces lignes).

Enfin, si les intellos d’à côté écrasent, of course... Heureusement pour eux, un sens inné de l’abstraction sauve les glands, "it is wine o’ clock" à peu près quand les cornemuses annoncent solennellement le Poisson toujours affublé de son keffieh et même d’un sourire ! Même avec une voix passablement usée, l’homme témoigne d’une énergie dingue, including des chorégraphies très personnelles mais, précise-t-il hilare, "no disco dancing for me tonight". Sur cette toute petite scène, le chanteur s’excuse pour le retard (la date avait été annulée un première fois en 2014) et souhaite même Noël et année à un auditoire statique mais attentif. Et c’est parti pour un set de pop proggy ou l’inverse, en tout cas les morceaux fonctionnent, il faut dire que c’est un sacré bon groupe qui officie derrière la grande carcasse de Fish.

Les morceaux de bravoure défilent (Manchmal, The Big wedge, Arc of the Curve...) ainsi qu’une série de cinq morceaux au sujet de la guerre de 14-18, contre l’oubli et dédiés à tous les soldats tombés, dont le heavy Crucifix corners. C’est tout de même rageant qu’après tout ça, les gens ne se bougent finalement la graisse que sur un titre de MARILLION (Slainte Mhath) non ? En fait, plusieurs seront joués en fin de set (dont la paire extraite de Misplaced : Windswept Thumb et Heart Of Lothian). Le public conquis rappelle, même ceux qui n’ont pas écouté une note, c’est dire ! Ouais Fisheuh ! Et crac : Wooo ha ! Wooo ha ! Voici Incubus avec le Nosferatu de Murnau en fond sur le backdrop video. Et le public rappelle encore... Pim pam poum, "a drinking song, a dancing song" et vas-y qu’il fait chanter, et danser toute la salle ! La classe après quasiment deux heures de musique !

"Take care and stay alive" ? Toi aussi Fish !! Et, si tu permets, au passage, c’est marrant pour un gars constamment comparé à Peter Gabriel au début de ta carrière, de ressembler de plus en plus à Phil Collins nan ? Un concert très agréable malgré les jeunes imbéciles qui, quand on leur demande par sms comment se passe la soirée, répondent texto (HA !) : "y a que des vieux, même le chanteur, à un moment ils ont dansé et j’ai cru qu’il allait y avoir des crises cardiaques"... Y a des grands coups d’latte qui s’perdent !

Spéciale Ged-y-casse à l’ami Steph’, réfractaire à la grippe ambiante et pilote lors cette exquise expédition.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac