Tu payes ton coup ?

Chroniques concerts
03
Jui
2014

Madame Ged et Riton le Prof ready to rock,

comment résister à l’appel du punk rock venu de Nîmes après un JELLO BIAFRA jouissif, d’autant qu’il permet des rencontres incongrues (Tata l’Armoire ?!), et d’autres moins (tout le staff punk du coin est là, grand salut à MarinaKermitBougli mais aussi à Steph de Massilia, Angel et sa douce, Stéphane Rip...et tous les autres inébranlables Aigles de la Route. C’est bien beau de papoter mais la première partie entame son set, cul sec ta clope et écrase ta bière, on entre dans l’arène. 

 

Et les locaux OUT OF SCHOOL ACTIVITIES, des habitués de la route et de la scène, peut-être en format plus exigu d’habitude, ça fait plaisir de les voir sur les "grandes planches", ont une patate du tonnerre et il va falloir démentir d’emblée le bassiste qui déclare dans le texte "’j’ai déjà vu les TOY DOLLS quatre ou cinq fois, je me rappelle jamais qui jouait en première partie. Merci de nous oublier". Raté, pas oubliés les OOSA, car le punk’n’roll rigolard, et pour cela totalement dans l’esprit des TOY DOLLS, fait son office et on repère malgré tout des relents grunge et core 90’s, et même que parfois un morceau sonne psycho à la CRAMPS, parfois un jeu de larsen rappelle RATM, c’est bien la marque des très bons groupes que de posséder une personnalité, bravo à ces bien headbangantes ACTIVITIES, faudrait se décider à chroniquer les disques, le radar est branché. 

 

Voici enfin venir la première rencontre entre la Church et les TOY DOLLS, on n’a eu de cesse ici de soigneusement louper le groupe à chacun de ses passages depuis la fin du paléolithique à peu près. Et ce qui se passe sur scène n’apporte pas vraiment de surprise quand on est friand des disques du groupe, en particulier des live comme le fameux à Tokyo. Depuis 1979, Olga et ses acolytes (même si les deux actuels sont forcément arrivés bien après) ont eu le temps de roder leur boogie-punk signé Tex Avery qui singe parfois les ZZ TOP avec des guitares qui font leur propre chorégraphie, la voix inimitable et les morceaux hyper carrés font le reste, un gratteux pareil, qui respire par tous les pores le rock’n’roll des origines en le renvoyant dans la chaleur du pub donne envie de goûter les petits bonbons qu’il s’envoie par poignées pendant tout le concert, avoir un pêche pareille et un feeling si communicatif à l’âge canonique du bonhomme (plus de cinquante balais au compteur) ne peut que forcer le respect et inspirer la jalousie maladive des trentenaires à l’agonie. Les mecs ont l’air de types bien, ils prennent une paire de photos avec les gens et retournent dans leur dessin animé, vivement une rediffusion pas loin, c’était juste le top. 

 

Après avoir épousseté le capot de tous les squatteurs qui profanaient icelui de leurs postérieurs aux chausses trouées et de leurs canettes collantes, un petit repas improvisé dans une chaîne rapide entraînera les valeureux guerriers sur la route d’un retour hoquetant mais hilare, on the road again, y avait longtemps, see you quelque part !

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.