Tu payes ton coup ?

Chroniques concerts
14
Déc
2015

Sauvageonnes, sauvageons,

soyons clairs, on est surtout venu pour voir Mister Kebra que l’on soutient tant qu’on peut depuis son retour avec un trio toujours terrible en concert et d’entrée, c’est le Maximum d’OBERKAMPF qui retentit mais pas d’inquiétude, les morceaux des deux premiers albums 1 (Le Temps des promesses, Face à face, Héros et bien d’autres) ont la part belle aussi. Le Couleurs sur Paris obligatoire, sur lequel il invite des choristes improvisés, c’est la classe puis le feu total avec la reprise du CLASH (Janie Jones). Voilà ce qu’on appelle une prestation propre et nette, gorgée d’énergie positive, c’est le moins que l’on puisse espérer en cette période merdique.

LEGITIME DEFONCE de Toulouse sonne bien plus mélodique que d'après les souvenirs mais l’âge doit y être pour quelque chose hein, car le dernier concert du groupe vu était à Bédarieux le 19 avril 1997 (pour ¡ Ya Basta ! chez Panx, avec les FUCKING RASKASSES et KALAMITY GANG, voir, pour rigoler, ci-dessous). En tout cas les toulousains avoinent toujours sévèrement avec leur punk / hardcore véloce et énergique, et le public semble assez friand de leurs mandales soniques, voici un putain de groupe de scène tout à fait sauvage comme le requérait un weekend de ce nom, il serait grand temps d’écouter ce qui a été fait en studio depuis le temps, s’il en reste.

Magma total pour accueillir LES SALES MAJESTES qu’on a vus un grand nombre de fois, mais toujours avec le chanteur Arnaud parti depuis. Malgré ce nouveau chant par le guitariste, le groupe fait péter une setlist quasiment imparable (difficile de se gaufrer quand on a un répertoire de tubes comme Chaos en France, Camarade, J’emmerde la société, Keupon toujours et caefuckingtera). Un moment se veut plus poignant avec le bel hommage à Yann, le gratteux décédé il y a peu mais pour le reste, la prestation sera elle aussi à la mesure de l’évènement.

Bien que l’on n'aime pas tout ce que fait TAGADA JONES depuis quelques années, le groupe est un sérieux compétiteur dans le milieu des machines de guerre live, et dans un club comme la Secret Place, l’effet semble décuplé par rapport à, par exemple, un Xtreme Fest. Donc ça déchire et hurle tout le long avec un passage en dessous car plus digital mais on aura du mal à trouver un groupe qui aurait pu finir plus intensément une soirée basée sur le punk rock / hardcore métallique français des plus efficace. A-t-on besoin de préciser qu’on sera là, une fois de plus, l’année prochaine ?

Spéciale Ged-y-casse à Alexandre (merci pour l’aller, et enchanté !), Phil Sherivierganaute et Henri, arrivé sur le tard et couché bien plus tard, ne vous foutez jamais de sa poire, même quand y en a marc !

1 voir PAT KEBRA [Fra] Le Cœur sur la main (Kebra Recs) 2011 et PAT KEBRA [Fra] Décoffrage (Kebra Rcds) 2013

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.