Tu payes ton coup ?

Chroniques concerts
08
Jan
2013

Ses cheveux sentent le foin sur lequel on a pissé, 

à son cou non pas des péloches se baladent, 

mais des putains de blancs rochers,

l’horrible voisine de devant me rend malade...

 Yoho amis du wok et de la crémaillère sans le propriétaire, bienvenue au Mat * pour cette fois une expo et un concert. D’abord un nombre croustillant de zines, affiches et autres bouquins occupent la galerie, en particulier les amigos du Dernier Cri mais aussi, en vrac, TimelessBanzaï **,PanellLe GarageDu crackIon EditionArt Factory - Galerie NomadeVaatican RecordsMaison &,L’Association et Hors Créneau. Puis un constat : le monde paiera une quarantaine d’euros pour aller subir la fête techno plutôt que de venir assister à cette soirée de la micro-édition. Et bien tant mieux, ça fait de la place sous la voûte où les ouailles se dirigent quand l’heure du jugement sonore a sonné (hé !). 

 

ADOLF HIBOU, le groupe de Nils Bertho, est un trio batterie-gratte-chant qui commettra une prestation courte mais intense, un morceau entre noise et perf vocalement bruitiste, le plus marrant étant la réaction de l’auditoire (trés reduit du coup) entre surprise, dégoût et adoration, c’est selon. Mais d’indifférence nul ne vit. 

 

Après le suicide inopiné et récalcitrant d’une corde, COURGE, groupe de Mattt Konture ***, lève le voile sur le mur du son et laisse couler une lave psyché-garage à base de batteuse, clavier, gratte et la voix jello-crampsienne de Mattt. Malgré les blèmes techniques ça pulse sec, l’essence du rock’n’roll plane ici bas et une touche de folie colle des bulles dans les cerveaux et fait sauter la rouille des oreilles. Une jamming-mood qui met de bonne humeur persiste, on a juste envie de rejoindre le groupe dans son délire en chopant un instrument. Et ça fait plaisir ! 

 

Mais voila que quatre bras de sérigraphes enlèvent le corps de votre non-serviteur pour le traîner vers les cîmes de la folie, une pendaison avec crémaillière lors de laquelle parler français se révèle étrange au yeux des convives, où des gens trouvent un mur à sauter vers une autre fête, Malkovitch ? Malkovitch, Malkovitch ?! Heureusement, les représentants de l’Union Européenne repartent bardés de nouvelles capacités pour l’apéro, la France n’a pas chuté sans coup férir, et les espagnols squatteurs de canapé à la langue fourchue repartent bien logiquement la queue entre les jambes. Mais ceci est une autre histoire qui sera racontée aux petits-enfants qui ne naîtront jamais. 

 

Spéciale Ged-y-casse à MariePolo et Val’ ! 

 

* Le Mat : Grotesque à Montpellier, Galerie Le Mat

** Banzaï : Banzaï #7 (Mad Series - 2015) 

*** Mattt Konture : Mattt Konture - L'éthique du souterrain de Francis Vadillo + Comixture jointe (L'Association - 2012), voir aussi COURGE [Fra] S/t 7’’ (Le Dernier Cri / Label Brique) 2012 

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.