Chroniques concerts
28
Mai
2013

Miam, enfin un concert avec des groupes semi-inconnus de la Church,

et un public étonnament jeune et motivé, ça fait beaucoup de surprises pour un soirée, le cœur tiendra-t-il devant tant d’aventures...et de Picon ?! 

 

EN UN SEUL MAUX entame la soirée avec une volonte juvénile de bien faire, une voix qui rappelle parfois les TAGADA et un ensemble somme toute attachant dans le genre punk rock mélodique en francais ; les approximations de ce jeune groupe de Montpellier (en trio) seront vite oubliées s’ils continuent à fouler les scènes. Sans casser de corde hein ?! Se foutre soi-même de sa propre setlist c’est punk, l’énergie et l’autodérision c’est magnifique ; continuez donc en ce sens. Le massacre de Il en faut peu pour être heureux est juste la cerise destroy sur le show. Chronique de leur troisième EP bientôt en ligne ici même ! 

 

LUNCH (d’Aix en Provence) se révèlent plus pro mais pas forcément moins rock on pense quelquefois à SEVEN HATE et compagnie, voire même à ZEPHYR21 que l’on a vu en première partie des SALES MAJESTES (voir LES SALES MAJESTES [Fra] + ZEPHYR21 [Fra] à Saint-Jean-de-Védas, Victoire 2 le 05/04/13), tout ça pète comme il faut avec l’énergie nécessaire et on tient là un bon groupe entre tonnerre et mélodie, une oreille sur leurs quatre sorties sur leur bandcamp donnera une idée plus précise aux curieux, n’hésitez pas à aller à la rencontre de LUNCH. Bon set. 

 

La claque de la soirée arrive avec les québécois de BRUTAL CHERIE (c’est quoi ce nom là hein ?!) qui avec leur accent irrésistible vont mettre le feu et envoyer une bonne grosse dose de punk rock’n’putain de roll, entre rentre-dedans et refrains entêtants, le public sera conquis, de gré ou de force et dans une ambiance bonne enfant qui fait plaisir à voir. Une prestation qui donne envie de se procurer leur disque (dispo chez l’Ecurie), ces messieurs ont tout compris et quand les RAMONES et les SHERIFF semblent avoir eu un impact sur les compositions (même si pas forcément évident sur toutes), comment résister ? Bravo ! 

 

GUERILLA POUBELLE achèvera les survivants avec son (dixit le groupe lui-même) « punk existentialiste » ultra-puissant et calibré pour les pogos les plus physiques, plus carré tu meurs. On ne connaissait pas le groupe ici et on n’est carrément pas déçu d’avoir subi ses assauts vigoureux. Et le public complètement acquis à la cause de GUERILLA POUBELLE s’en donne à cœur-joie, ce qui est toujours une excellente nouvelle. 

 

TaraPierreHenri, et les autres, vous aviez raison, vivent les soirées de djeun’s ! Et tant pis pour les bleus !!

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.