Chroniques concerts
12
Mar
2018

La solidarité c'est beau et,
quand un copain (merci Christophe !) met en branle son réseau pour vous trouver une caisse, ça fait chaud au foie. Pour l'aller, un pilote de charme permettra à votre non-serviteur d'arriver pile poil dans les temps, l'affiche est chargée et comme d'habitude on ne veut rien louper de celle-ci.

Les suisses de RAUFHANDEL chantent majoritairement en allemand, fait assez rare à la TAF pour être souligné, et envoient un set puissant et lors duquel après une série oi! classique, on aura droit à un massacre jouissif de La Bamba pour achever un set marqué par un public pas super motivé, dommage, le répertoire pète bien et la voix râpeuse de Gigi arrache bien. Cool !

RIXE fait dans le carré, l’entraînant et le hargneux, là non plus on ne sera pas surpris par de quelconques innovations, les traditions du genre punk / oi! sont respectées à la lettre : grosses rythmiques, tempos volontiers enlevés, voix rugueuse et chœurs puissants, de quoi satisfaire les fans du genre qui n’ont pourtant toujours pas l’air, à l’exception des courageux de service, de vouloir lever le cul du bar et de mettre le feu à l’endroit. Ce groupe le méritait terriblement, on essaie de vous en reparler rapidement.

Petite surprise pour les machos qui n’en disaient / présageaient pas forcément que du bien, JENNY WOO'S HOLY FLAME, un groupe italien mené par une chanteuse qui prouve rapidement ne pas être là juste pour faire joli, elle ne fait pas semblant de forcer sur les cordes vocales non plus et les musiciens qui évoluent autour d’elles sont également motivés à planter la zone, ce qui ne peut que nous plaire. Peut-être un poil en dessous des deux précédents plus brutaux, ce concert mérite tout de même les honneurs, ne serait-ce que pour le plaisir visible à jouer ensemble de ces gens.

Les espagnols de NON SERVIUM étaient très attendus et en reponse vont déchirer à mort de la première à la dernière seconde dans un registre beaucoup plus motörheadien parfois et qui met semble-t-il tout le monde d'accord pendant que la tempête se lève dehors. Même pas peur, seul le plaisir est là ce soir devant un groupe qui s'éclater à jouer devant un public un peu plus motivé, peut-être grâce à un super guitariste soliste charismatique et à des chœurs imparables comme l’exige la tradition. La putain de grande classe !

Dur pour nous ensuite d’enchaîner ensuite avec les FILAMENTS qui offrent une prestation rappelant parfois les RUTS ou VOODOO GLOW SKULLS (rapport aux cuivres et aux accents ska etc.) alors que l’on aurait rêvé d’un méchant groupe qui tabasse à mort là tout de suite. Les anglais ne sont pas des manchots, loin s’en faut, mais c’est moins nôtre truc, à la différence d’une bonne partie de l’auditoire qui prend visiblement son pied, un concert c’est aussi ça, voir les autres s’éclater et prendre du plaisir devant cette image. Les morceaux les plus rock’n’roll sont des tueries et on passera un bon moment à échanger des câlins avec les camarades sans tifs.

Glorieuse fin de soirée ensuite en compagnie des vétérans COCKNEY REJECTS dont il émane systématiquement une force de tous les instants, faisant chanter et pogoter l'ensemble de la salle comme un seul homme, la journée aura été longue mais avec une telle cerise sur le gâteau on repart sourire aux lèvres (ouais, c’est vrai, c’est dur à imaginer hein ?!) en se disant que le lendemain ne va pas être triste vu l'état de fatigue général et une inclination certaine pour l'apéritif chargé.

Oi! & Picon forever !!

Spéciale Ged-y-casse à Tara (merci pour la navette, tu es un ange !), Gab (retour gagnant !), Steve et toutes les tronches connues, en particulier Gil (merci pour ton soutien qui restera dans les annales !).

[A suivre demain…]

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.