Tu payes ton coup ?

Chroniques concerts
16
Nov
2018

Après Little Bob devant son public perso 1 et la visite chez des amis très chers,

le concert de Cléon de Tommy Emmanuel était l’ultime argument du voyage avant un retour dans les pénates biterroises. Le trajet du ciel gris bleu du Bout du monde havrais à la brume humide (la brhumide ?) cléonaise laisse découvrir une jolie salle au personnel sympa et à l’impressionnant cordon de sécurité, détail inhabituel pour le sudiste pour le coup un peu destabilisé.

Si le public semble composé pour beaucoup de musiciens, guitaristes en tête (m’sieur Fred Giraud ne me contredira pô !), les amoureux de musique en général se sont pressés sur les gradins et dans la petite fosse (Tommy Emmanuel inclus) pour assister à un festival de cordes virtuoses, à commencer par celles de Clive Caroll qui réussit l’exploit de mêler blues, musique irlandaise et guitare classique le long d’un set ponctué d’interventions en français d’un musicien plein d'humour et à l’accent délicieux. On retiendra un superbe morceau inspiré par un trip en Arctique, l’incroyable enchevêtrement de notes de A Renaissance suite, une sorte de rockab' gypsy ultraspeed où Clive s’avère être lui aussi un demi-dieu percutant sa gratte pour s'accompagner…et pis s'en va. Excellent set.

Pour cette deuxième rencontre avec Tommy Emmanuel 2, king absolu du finger picking, celui-ci alternera pièces virtuoses instrumentales et d’autres chantées (Deep river blues démontre à quel point cet homme est écœurant car doté - en plus du reste ! -  d'une très bonne voix). Bien sûr, il joue aussi au concours de vitesse, mais debout et en bougeant, contrairement à Clive qui joue assis. Le monstrueux medley de ses reprises habituelles déboule sur le merveilleux Classical gas, tout ça avec des conditions au poil : bonne acoustique, volume raisonnable, très peu de téléphones allumés (faut dire que la sécu / organisation ne plaisantent pas…) et une vraie communion avec le public pour ce passeur de sons d'une autre planète. Le final avec Clive est la citrouille sur un gâteau qui laisse rêveur.

Où quand la technique de pointe peut être roots et chouette à voir, un régal même. Et puis bon, un mec de tête d'affiche qui cite ses techniciens ne peut être un homme mauvais. See ya asap on da road Tommy !

Spéciale Ged-y-casse à Chris et Jacques, encore un beau moment de partage, merci !

1 voir LITTLE BOB BLUES BASTARDS [Fra] à Le Havre, Magic Mirrors le 10/11/18.

2 voir TOMMY EMMANUEL [Aus] à Pratteln, Z7 le 09/11/14.

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.