Tu payes ton coup ?

Chroniques concerts
13
Mai
2019

Malgré le danger giléjaunesque, la violence et les effluves d’aisselles au programme,

comment, même en éternel piteux état, louper l’annuelle cérémonie de la bourrinerie tous azimuths à notre deuxième maison, la Secret Place ? C’est donc d’un pas nonchalant que les cothurnes nawakulturelles rejoignent la Marquer Family, toujours de sortie quand il s’agit de remuer popotin zet caboche, et hop - autoroute (miracle !) oblige - nous voici rapidement et confortablement désaltérés et bien sûr motivés à recevoir dans le creux des feuilles les impitoyables brûlots de Zazaaaaah & co.

Car c’est en effet l’infâme trio MORBID SCUM qui débute la soirée, devant pas grand monde mais cette édition n’aura pas eu, du tout, le public qu’elle méritait. Le crust mâtiné de death et de proto-grind des montpelliérains est de bonne tenue, la batteuse Zaza a pris beaucoup d'importance au chant et si la recette reste très bourrine et râpeuse à souhait, les morceaux semblent s’être allongés. On avouera qu’on préférait les attaques plus courtes d’antan mais l’écoute de la démo remise par le groupe éclaircira sûrement plus ces impressions, de toute façon MORBID SCUM reste dans tous les cas de la bonne came pour se briser les os du cou, y a que ça de vrai !

Avec sa chanteuse forcément chargée à la nitroglycérine, les toulousains de BOOM (tout s’explique !) allument ensuite au sein de la horde sauvage un brasier bien cool avec des morceaux ultra courts, ultra brutaux et enchaînés de plus à vitesse grand V. La distribution de mandales est administrée de mains de sadiques diplômés, exactement comme il le fallait, beuargh de rigueur pour une prestation power violence qui marquera les esprits de bon goût, y a maintenant plus qu’à mettre la main sur un enregistrement studio pour se faire une idée plus précise de ce vacarme infernal et vous livrer une chronique d’icelui. À suivre donc !  

On a déjà causé des suivants GUMMO (voir GUMMO [Fra] Sheltered despair (Autoprod - 2019)), ce trio guitare-avec-plein-de-cordes / batterie / chant castagne bien violemment l’innocent quidam et même si, comme sur le disque qui ne présentait pourtant que des beugleurs différents sur chaque morceau, les passages en voix « claire » ne sont pas de notre goût, les ineffables moshers semblent globalement satisfaits de cette fête de la baffe made din ch’Nord qui ne manque pas de qualités techniques, le moins que l’on puisse dire, c’est que ça joue franchement bien. Encore un bon set à rajouter à la liste, et ce n’est pas fini !

Car, depuis le temps qu’on entendait certains de nos bons copains causer en bien des mazamétains (la lumière ?!) B.M.B (BLACK MOUNTAIN BASTARDS pour les intimes), on ajoute au plaisir d’enfin les voir sur scène une vraie surprise quant à la livraison rageuse d’un hardcore thrash-métallique à tendance ultra brutale, la reprise opportune des très aimés MUNICIPAL WASTE (Unleash the bastards) enfonce définitivement le clou dans le crâne des dubitatifs, voilà un excellent set, dévastateur à souhait, que l’on classera sans problème parmi les meilleurs du weekend, ce qui n’est pas peu dire vu le niveau général des confrères.

Les basques d’INFEST ont en commun avec les (très) grands frères BLOCKHEADS une facilité à foutre le feu qui laisse rêveur. Le grindcore de ces messieurs est à ce point explosif qu’il est très difficile de faire des photos et / ou des vidéos afin de documenter la prestation tant l’envie d’en découdre prend le pas sur la rigueur professionnelle qui nous a de tous temps caractérisé. Alors voilà, comme lors d'une grosse bagarre de débilos sur la place du village d’Astérix, la salle s’apparente à une masse d’où émergent bras, jambes et tronches de façon totalement anarchique, aucune barrière n’est - heureusement ! - dressée entre les musiciens et le public, la joie règne. Cool !

Hongroise cerise sur le gâteau déjà fort chargé, le set du CRIPPLED FOX, en tournée acharnée pendant deux semaines un peu partout en Europe, ne déméritera pas, le thrashcore distillé par le groupe fait mouche, ça tape fort et dur, et les survivants aux carnage de la soirée s’en donnent à cœur joie pour repartir avec de nouveaux bleus dans leur interminable collec’. C’est bô des gens qui s’amusent, et on ne remerciera jamais assez ces musiciens talentueux pour leur implication dans l’art de transformer des gens pas tout à fait comme les autres en créatures bondissantes pour une durée indéterminée. Bordel, et dire qu’il y a un deuxième jour…

[À SUIVRE là : Mosh Fest #5 - soir 2 : RECTAL SMEGMA [NL] + AGGRESSIVE AGRICULTOR [Fra] + SUBLIME CADAVERIC DECOMPOSITION [Fra] + BORIS VIANDE [Fra] + CÖP PORN [Fra] à Saint-Jean-de-Védas, Secret Place le 11/05/19]

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.