Une petite contribution ?

Chroniques concerts
16
Juil
2019

Vamos a la playa, señor Zorro

Voilà à peu près tout ce que l’on sait de l’espagnol ici à Nawakulture, ne parlons même pas du catalan. Pourtant, à l’annonce de la tournée finale des POISON IDEA dont nous sommes fan depuis des lustres, direction Badalona à bord de l’Avantime dont, tout de même, un couple reconnaît la valeur de vive voix. Non mais sans rire, la fraction dure des gigoteurs héraultais ne se balade pas n’importe comment ! Et avec une telle équipe, fi des embûches ! Pichette, le choix du péage à pièces peut avoir des conséquences temporelles mais tout finit par aller bien quand on a de l'humour et de la gueule. Alors que certains perdent leurs vélos en route et que Nawakulture gagne en pourcentage sanguin, le pain espagnol tente de tuer Thierry mais celui-ci sort quasiment vivant de l'étouffement provoqué, pire, une des plages les plus dégueulasses jamais vues (et où pourtant des gens se prélassent pneus à l’air) sortira perdante de sa tentative d’empoisonnement, tout comme l’emberlificotis routier de l’entrée de la bourgade. We are the champions, my friends !

Après le tour obligatoire de vingt-quatre kilomètres pour tirer un litre dans le calme, nous rejoignons à la salle une menue horde de latins, faisant craindre au trio Dumarquer un pogo de qualité moindre, autant dire intolérable. On n’est jamais si bien servi que par soi-même, et le groupe d’ouverture l'apprendra à ses dépens quand Skanny s’emparera avec panache du premier slam, non sans méduser les autochtones pas tout à fait prêts encore pour se la jouer destroy. Pourtant, l’envie aurait dû être là car cela fait rien moins que trente ans pile que l’argentin Carlos « BOOM BOOM KID » Rodríguez agite les foules. D’abord avec FUN PEOPLE jusqu’en 2000 puis sous ce nouveau pseudo ensuite. Le chanteur arbore perruque et tenue bigarrée et, à la barre d’un groupe qui a bien digéré punk rock, garage, glam and Co., réussit à faire taper du pied une partie du public dont certains membres partagent nos acrobaties.

Fiat Lvx ensuite ! Car le groupe barcelonais LA INQUISICIÓN n’est pas là pour faire de la figuración, le punk oi! du groupe déménage à mort, est beaucoup plus dans l’esprit de ce que l’on est venu voir même si le premier groupe a méchamment assuré. Le chant rugueux du vocaliste est souvent rejoint par des chœurs de stade, le rythme est volontiers bastonneur et le pogo devient un peu l’équivalent d’une machine à laver dans laquelle on aurait balancé une généreuse quantité de caillasses. Ça fait beaucoup de bruit, ça secoue et ça fait mal, une bonne partie de la collection de bleus et de griffures a été récoltée pendant cette excellente prestation d’un groupe qui maîtrise et ses instruments et sa scène, pour le plus grand plaisir de ses fans qui se manifestent quand la salle s’avère remplie comme un œuf en quelques instants. On mange tard au Sud des Pyrénées.

Bien que l’on se demande encore pourquoi des gens font péter des pétards dans la rue alors que l’on pensait avoir échappé au 14 juillet et ses « réjouissances » sonoro-visuelles (et dans le même temps une éventuelle victoire algérienne à la baballe), voici qu’a lieu à l’arrivée de POISON IDEA un putain de festival de pogo et de slams, les morceaux s’enchaînent comme autant d’occasions de brutaliser l’entourage, on ne compte pas les fois où chacun s’est balancé de la scène au son d’un putain de groupe, qui même amputé de ses têtes de proues (qui a dit « de lard » ?!) reste une belle moissonneuse-batteuse de compèt’, et si en plus le sourire et le plaisir d’être tous ensemble est là, c’est un bonus de la mort. Dommage que le bar n’ait pas vraiment assuré le taf niveau IPA, sinon le reste de la soirée (à part peut-être les blagues de Skanny qu’une certaine personne attend au tournant…) était du tonnerre.

Fiers d’avoir été les détonateurs systématiques des batailles sus-décrites, on peut désormais le graver dans le marbre de l’Histoire : l’Occitanie est venue, a vu et a ben bu. Hasta la proxima amigos ?!

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac