Tu payes ton coup ?

Chroniques CD
21
Sep
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Cinq ans après le multiplatine The razors edge on peut dire que les frangins Young se font attendre.

Les petits malins sortent en 1992 un live massif (lààà : AC/DC [Aus] Live: 2 CD Collector's Edition (Atco Recs) 1992), premier depuis une quinzaine d’années et occupent ainsi les foules qui remplissaient déjà à tous les coups les stades. En 1995 sonne l’heure d’un retour en fanfare avec un Ballbreaker plus roots, sonnant moins ricain que le prédécesseur et rappelant, par notamment la récupération des fûts par le génial Phil Rudd et également Rick Rubin à la console qui octroie au groupe un son râpeux irrésistible, leurs racines hard blues de pub craspec. L’habillage graphique par Marvel en surprendra plus d’un mais voyons (?!) la musique. Avec son intro légère, le single Hard as a rock a de quoi surprendre quand on s’attend, c’est vrai quoi, à un gigantesque riff à vous coller parterre. Morceau-serpent de la pire espèce, il n’en est pas moins une chouette entrée en matière goguenarde, comme une sorte de gâteau d’apéro, après un ou deux c’est l’appel du verre. Suivent le grivois Cover you in oil, l’inquiétant The Furor, le Boogie man qui rappellerait une sorte de The Jack plus noir, The Honey roll ne casse pas des briques (ni des boules d’ailleurs), l’entraînant Burning alive fait un boulot correct mais le goguenard Hail Caesar remporte un maximum de suffrages grâce à une ambiance douce-amère bienvenue. Retour à des sujets plus sérieux avec les évocateurs Love bombCaught with your pants down et Whiskey on the rocks. Le conclusif Ballbreaker est le titre qui mérite les lauriers avec son riff infernal et son rythme tendu du slip. Un méchant album que l’on n’attendait pas, merci pour eux.

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.