Chroniques CD
12
Juil
2010

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Seth Putman, le « cerveau » derrière « la Chatte Anale » n’aime pas grand monde.

A priori ça tombe bien puisque l’inverse se confirme aussi. Ce bucolique recueil regroupe cinquante-huit odes à la joie grind / noisecore aux titres comme d’habitude hilarants (Les Binks hairstyleI’m not allowed to like A. C. anymore since they signed to EaracheWhen I think of true punk rock bands I think of NIRVANA and THE MELVINS,Selling Out By Having Song Titles On His Album etc etc.). Avec son faux air de Jack Black evil et un line-up bruitiste, Putnam livre là un - premier vrai - album horrible à offrir d’urgence à son meilleur ennemi et à programmer en secret pendant le repas de famille tant attendu par les tantes qui piquent et les petits cousins baveux. Drôle et méchant, pourquoi s’en priver ? 

 

EVERYONE should be killed, you said it.

Les mots-clés :

Ajouter un commentaire
  • Aucun commentaire sur cet article.
×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !