Chroniques CD
31
Oct
2016

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Lecteur de Jim Thompson, on ne pouvait qu'être intrigué devant le nom de ce groupe américain 1.

Le titre quant à lui ne manque pas de sel vu que ce Paradise s’apparente en fait à un sévère réquisitoire à l’encontre de la société qui nous entoure, POP.1280 s’intéressant ici aux effets néfastes que la technologie a sur un monde définitivement malade, s’il n’est pas aujourd’hui totalement incurable…comme l’Enfer.

Au moyen de neuf compositions mêlant dans un creuset post-punk cauchemardesque noise, industriel, ambient (Paradise, Rain song…) et une tripotée de machines (marrant de la part d’acides critiques de la technologie hm ?), le groupe n’est évidemment pas celui que l’on conseillera aux fans de pop sucrée mais plutôt aux potes adeptes des caves moussues, des friches industrielles désertes ou des casses automobiles abandonnées, ceux-ci ne manqueront pas, à l’instar de POP.1280, de l’humour noir qu’il est indispensable de posséder pour continuer une exploration lucide et critique de l’existence, tout n’est pas beau à voir, ça n’empêche pas le plaisir de s’en moquer. En attendant l’œuvre du Last undertaker.  

1 voir 1275 âmes de Jim Thompson (Série Noire Gallimard - 2005) et 1280 âmes de Jean-Bernard Pouy (Baleine - 2000).

https://pop1280.bandcamp.com/album/paradise

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.