Chroniques CD
12
Aoû
2017

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Deux groupes de black metal from ze Iouèssé pour le prix d’un.
BAHIMIRON 1 commence gentiment par une intro mêlant riffs lugubres et chants grégoriens pour enchaîner sur l’affreux Disease unto holiness dont le son crasseux ravira les fans de mélodies douces, autant d’ailleurs que les cris aigus de Grimlord. Une nouvelle version de Wolves to the flesh of heaven (issu de la démo Xrist gutzlice) et deux titres crument enregistrés live en 2004 (Terror Division Bloodstrike et Hunting down the weak) suivent. Rien que pour le fait que le groupe se foute complètement de plaire et pratique une forme totalement bestiale de black metal, on ne peut s’empêcher d’excuser l’abrasivité de la chose et de secouer la caboche comme un bourrin.    

[All fucking hailz to Blaash / WMS, le batteur disparu il y a peu]

Les compatriotes texans de TERATISM ne font pas non plus dans la dentelle et livrent trois titres (I am the darkness, Necrofuge et Nokturnal enmity, une incantation pour le moins menaçante) de black metal pas vraiment révolutionnaires mais pourtant bien foutus qui inspirent eux aussi un headbanging de bon aloi. Une partie CD-Rom (ça fait vieillot d’écrire ça aujourd’hui nan ?) donne à voir un titre live filmé en 2005, la reprise du Unholy black metal de DARKTHRONE, pas vraiment une surprise là non plus.  

1000 copies numérotées à la main.

1 on supporte - dans tous les sens du terme - ce groupe depuis longtemps, voir BAHIMIRON [Usa] Pure negativism : In allegiance with self wreckage (Aura Mystique Prods) 2006 et BAHIMIRON [Usa] Southern nihilizm (Moribund Recs) 2008.

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !