Tu payes ton coup ?

Chroniques CD
13
Déc
2017

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

On ne va pas s’amuser à se taper une biographie / CV-fleuve du musicien héraultais

tant celui-ci arpenta maints chemins musicaux, du punk rock sauvage à la musique expérimentale et improvisée qu’il pratique avec passion depuis des décades.

Cette rondelle évoque bien la liberté, celle du style, du ton (oserait-on…du timbre ?!) et conviera l’auditeur à un voyage sensoriel rare, où les instruments donnent l’impression de s’exprimer sans maître, où les résonances et la force du toucher valent n’importe quelle note. Rappelant les musiques minérales et les instruments faits maisons tant on a affaire ici à un percussif free et aventureux, on imagine la tronche du truc dans un bâtiment de pierre séculaire (tiens, tiens, ne reconnaît-on pas là le cimetière de la Couvertoirade ?) où l’auditoire se ferait sûrement balader d’écho psyché en éclat soudain sur un sentier musical pour le moins inhabituel.

Alors bien sûr, on pense aussi parfois à la musique contemporaine / post-bruitiste, aux expérimentations les plus folles du XXème siècle, voire même à un jeu spatial que seule la musique hell-ectronique avait finalement réussi à révéler au grand public sans paraître barbante. Là où Mathieu et ses compagnons (ici Emmanuelle Stimbre, Pierre Diaz, Marc Siffert et Gilles Dalbis) surprennent, c’est qu’ils ne le jouent pas élitiste, on ne croise pas ici d’érudits crétins là pour étaler des études de musique aussi formatées qu’un reste de la société à fuir à toutes jambes.

La musique, c’est le rêve et on sent ici comme une communion d’âmes dédiée à une étrange divinité oubliée, certes parfois capable de coups de gueule rythmiques (de Coups de Bec ?), mais une divinité organique et crédible malgré des accents parfois lovecraftiens pour qui rêve / écoute en noir. Un trip animiste et perché qui ne parlera pas forcément à tout le monde mais auquel on ne regrette pas d’avoir participé…avec son âme tout entière.

Stylo frotte papier, théories s’écornent.    

https://matbec.simdif.com/

 

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.