Tu payes ton coup ?

Chroniques CD
14
Fév
2018

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Les richesses insoupçonnées des Pyrénées nous étonneront toujours.

Dans le créneau heavy (et souvent speed) metal pur et dur, voici venir IRON SLAUGHT qui avec ce court album (ou ce long EP ?) démontre de sacrées capacités de composition, en particulier niveau guitare, un instrument particulièrement versatile ici.

Clairement influencé par l’éternelle NWOBHM, la vague teutonne des Eighties mais aussi le heavy dit épique made in iouèssé, le metal forgé ici sera du genre à inspirer le headbanging sauvage, poing en l’air, canette dans l’autre.

On apprécie que les textes (signés…Philibert ?!) soient chantés sur divers registres de chant, l’écueil principal dans le genre pas souvent exempt de clichés. Les batailles, l’Inquisition (quel morceau, quelle pêche !), les sorcières, le blasphème, les possessions, le metal, on ne quitte par contre pas d’un pouce les terres thématiques de prédilection du metal ultraditionnel.

Sans surprise donc mais botte-cul en Diable et si orthodoxe dans son respect des tables de la Loi (Heavy Metal is the…!), IRON SLAUGHT est désormais le groupe à voir sur les planches au plus vite.

Un split avec les copains de TENTATION arrive, on en reparle donc bientôt. Ce disque-ci a été repressé l’année suivante en vinyle, sold-out, of corpse.

https://ironslaught.bandcamp.com/album/crusading-metal-mercenaries

 

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.