Tu payes ton coup ?

Chroniques CD
06
Aoû
2019

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Nouvelle leçon petit scarabée, ne JAMAIS se fier au nom des groupes.

De prime abord, MIRACLE OF LOVE n’inspirerait pas franchement l’auditeur de sombres brutes assoiffées de violence et de dissonances. Dissipons pourtant direct le malentendu : ce projet italien vogue à mi-chemin entre dark ambient abyssal, power electronics et froissements industriels à la suédoise, on imagine assez facilement ici le ballet subaquatique sans grâce de carcasses de navires bombardés et sur le point de couler corps et biens en se rayant les unes les coques des autres, couvrant par là-même ici ou là les hurlements terribles de l’équipage, fatalement en partance aussi pour le fond, bulles au bec…

Et puis soudain, après les atroces soubresauts de la lutte pour la vie, la tranquillité ou presque, l’assemblage des débris se joue désormais façon Tetris roi du silence, seules les créatures aquatiques, maintenant rassurées de l’issue de la bataille (l’homme perd toujours, et c’est tant mieux), osent des visites guillerettes autour d’objets encore en suspension pour un petit moment avant l'oubli éternel dans leur tombe d'eau. Le miracle de l’amour ? C’est l’infinie curiosité. La liberté ? C'est le vide.

Pour une raison ou pour une autre, ce très bon disque donne envie de ressortir les vieilleries de DEUTSCH NEPAL et BRIGHTER DEATH NOW.   

https://overturemilitia.bandcamp.com/album/you-will-be-free

 

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.