Tu payes ton coup ?

Chroniques cassettes
09
Déc
2018

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Encore une cassette qui ne quitte jamais le haut du bac,
pensez donc : dix-neuf titres classés chronologiquement, du Gorille (1952) à Elégie à un rat de cave (1979) en passant par de nombreux tubes intemporels de la chanson française la plus ciselée et la plus impertinente à la fois.

Nanti de mains géniales pour créer d’incroyables structures rythmiques avec sa guitare et d’une voix chaude et rocailleuse, Georges le poète anarchiste a aussi montré être un maître de l’écriture de textes intouchables, souvent hilarants (Le Gorille, Le Pornographe, Les Trompettes de la renommée, Tempête dans un bénitier…), parfois mignons (Les Amoureux des bancs publics, Les Sabots d’Hélène, La Chasse aux papillons…), parfois émouvants (Chanson pour l’Auvergnat, Supplique pour être enterré à la plage de Sète, La non-demande en mariage…), toujours bourrés de références forcément puisées dans une culture littéraire impressionnante. Des textes qui font de cette compilation tardive un petit bijou car ils sont tous imprimés sur la longue jaquette dépliante.

Globalement un régal, à chaque passage dans la platine.  

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.