Tu payes ton coup ?

Chroniques vinyles
01
Nov
2014

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Il y a dans le groove du terrible Strutter ou sur Deuce ce qui fait le succès de KISS depuis des siècles

auprès de milliards de fans prêts à encaisser la moindre excentricité des quatre clowns pas beaux : de la grosse gratte mais aussi un groove qui balance sec, mention spéciale au batteur Peter Criss, et des refrains avec parfois des chœurs à la limite du supportable que l’on ne sait pas trop comment prendre tant le sucre glitter pop est parfois indigeste (Nothin’ to lose). Les titres qui cartonnent un peu plus (FirehouseStrutterCold gin100 000 years…) restent quand même de très bons morceaux de rock seventies. Sans pour autant déclencher ici une quelconque hystérie, ça doit être l’effet maquillage de foire et paillettes, voilà, rien de méchant, juste une allergie à ce qui brille. Et la plus exaspérante fin de disque de l’histoire de l’univers !

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.