Chroniques vinyles
09
Jan
2018

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

[Publié à l’origine sur Dead Fucking Church M’Aaagh # X]

AOSOTH continue son inexorable ascension et ce IV est véritablement l’éclosion finale (d’où l’arrivée de la couleur sur la pochette ?) du groupe vers les firmaments du genre tant ces longues pièces témoignent d’une qualité d’écriture (joker pour les lyrics livrés sur un feuille…de braille…) exceptionnelle et baignent dans une ambiance occulte et morbide bienvenue dans un monde où la musique semble dépourvue d’âme ou d’aura, choisissez le terme que vous voulez. Le terme « rituel » peut être l’épithète appropriée pour le black metal massif, tumultueux, dissonant, et en même temps entrecoupé de passages aux percussions mystérieuses, de plages ambiantes et hypnotiques qui ajoutent en crédibilité au parcours artistique d’AOSOTH. On ne joue toujours pas la comédie ici, et si on varie la dose de poison sur le carreau, c’est pour mieux se repaître de la souffrance de la cible. De toute façon, aucune issue possible à part le chemin douloureux de l’impénitence pour l’auditeur qui ne sortira pas indemne d’une œuvre fournie et exigeante, passionnante, les yeux fermés dans le noir.

https://agoniarecords.bandcamp.com/album/iv-arrow-in-heart

P. S. : on suit le groupe depuis le début, on peut trouver des tonnes de chroniques en cliquant sur https://www.nawakulture.fr/index.php/rechercher?searchword=aosoth&searchphrase=all.

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.