Tu payes ton coup ?

Chroniques vinyles
11
Fév
2015

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Le compte à rebours final avant l’explosion est terminé.

Boum, avec ce single sorti juste avant l’album du même nom, c’est le carton absolu, les gros cheveux sont partout, dans les bacs, à la télévision, partout. Alors bien sûr, ce tutututuuuuuh de clavier est épouvantable, il a d’ailleurs fait controverse au sein même du groupe mais Joey Tempest est obstiné, bien lui en a pris vu les palettes de disques vendues ensuite.

Abordant un style bien moins hard rock que les excellents albums précédents 1, ce single est à la fois le début de la fin et un sommet suivant de quel côté on se place, fan ou commerçant. En tout cas personne ne pourra nier son efficacité redoutable à rester dans les tronches, encore moins son solo de gratte magnifique. En face B on trouve On broken wings (inédit sur album), un très bon morceau bien plus agressif et dans la tradition hard à clavier pas loin de RAINBOW et du PURPLE, la facette FM et un solo ébouriffant en prime.

Sûrement le 45-tours qu’on trouve le plus dans les bacs à puces mais pas pour autant une bouse, loin de là, tant pis pour les détracteurs du groupe qui font semblant de ne pas l’aimer parce que ça fait bien dans les colloques d’intégristes de salon.

1 voir EUROPE [Swe] S/t (Hot International / Epic) 1983 et EUROPE [Swe] Wings of tomorrow 12’’ (Hot International / Epic) 1984.    

Et paf tiens, mange-toi le clip mon con !

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.