Une petite contribution ?

Chroniques vinyles
20
Mai
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Dès le premier accord du tube It’s a long way to the top,

on ne résiste pas à l’énergie juvénile déployée par le gang des frères Young ni par la gouaille du chanteur Bon Scott. À ne pas confondre avec l’édition australienne chez Albert Productions1, ce disque d'AC/DC, sorti après signature pour une diffusion cette fois mondiale par le biais d’Atlantic Records, est une compilation de titres, parfois raccourcis, des deux premiers albums des australiens (deux titres tirés d’High voltage et sept de la bombe atomique T.N.T., respectivement sortis en 1974 et 1975) avec une nouvelle pochette (et encore on en compte plusieurs différentes selon les pays et pressages) qui ne manque pas de l’humour du groupe depuis passé à la postérité.

Au menu, que du très bon pour les oreilles de goût : de l’électrocution hard boogie qui bastonne (Rock’n’roll singer, Live wire, ZE pure tuerie avec un pur mitraillage de basse thanks to l’éphémère Mark Evans, T.N.T., Can I sit next to you girl, She’s got balls, High voltage…) mais aussi du bon gros blues volontiers grivois (The Jack, Little lover…).

Une introduction pour l’international tout simplement splendide pour le plus grand groupe de rock’n’roll depuis la déliquescence inexorable du vaisseau ROLLING STONES.

1 afin de lire plein d’autres chroniques sur les groupes cités, clique juste sur leur nom en rouge.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac