Tu payes ton coup ?

Articles

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre: au choix: Yakari chez les mystiques, Yakari contre bison pas futé ou Crazy Horse et Daniel Guichard contre la peluche en neige...

 

Scénar: Assiégé par un cauchemar récurrent qui met en scène un bison blanc terrifiant, "Wild" Bill Hicock se rend dans la montagne, et accessoirement le territoire des Indiens, pour descendre la bête source de tous les maux dans une région où, que d'os que d'os, on bâtit des montagnes de squelettes des bisons décimés par l'Homme Blanc, décidément pas très intelligent.

Etrange film à deux facettes du réalisateur des Canons de Navarone qui lorgne ici souvent vers le fantastique voire l'horreur (à noter par exemple une bande originale sépulcrale signée John Barry)... Par contre au niveau des trucages dont on pouvait attendre quelque chose de décent, le lamentable l'emporte souvent en particulier grâce au fameux bison que l'on voit bien en machine à rodéo couverte avec une descente de lit en faux mouton. Les avalanches de polystyrène et de graviers sur les stetsons ne feront pas peur à beaucoup de monde sans alcaloïdes bien dosés. Et pourtant une ambiance sombre et mystique plane sur ce film à part que l'on ne pourra pas condamner à la moquerie sans pitié. L'image de ces amas d'ossements de bisons est complètement inoubliable, sans parler des décors made in Jack London.  

© GED Ω - 16/04 2011

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.