Tu payes ton coup ?

Articles

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

« Noircir le tableau carcéral, c'est faire preuve d'optimisme en mettant un peu de couleur - même noire - sur les ténèbres pénitentiaires »...

 

Le choix des mots est percutant (« Contre la langue de bois ? Des oreilles en taille-crayons ! La révolution avec des fleurs ? Pas de problème mais des cactus, des orties et des plantes carnivores ! ») dans ces aphorismes et autres phrases lapidaires, malgré la colère ou le dégoût, on trouve même beaucoup d'humour dans ces pages entre tranches de vie très courtes et brèves de centrales. Sont passés au crible par l'écrivain un certain nombre de sujets centraux : la prison, la justice, l'Etat, la religion, les voleurs, les écrivains, les humains, l'ordre de passage est-il d'ailleurs innocent ?

Un très court bouquin à découvrir, on ne met pas de barreaux à l'inspiration d'un Benotman. D'ailleurs pour aller plus loin, suivez par exemple ces liens :

 

Marche de nuit sans lune de Abdel Hafed Benotman (Rivages - 2008)

Eboueur sur échafaud de Abdel-Hafed Benotman (Rivages / Ecrits Noirs - 2003)

Les Forcenés de Abdel-Hafed Benotman (Editions Clô - 1993)

 

45 pages avec illustrations en N&B, 5€

ISBN : 2915694133

 

© GED Ω - 16/02 2011

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.