Tu payes ton coup ?

Articles

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

[Article non retenu par L'Avis des Bulles]

 

Après une poignée d’épisodes en format fanzine photocopié chez En Traits Libres (Montpellier), l’auteur et les éditions Aux Abois ont décidé de ressortir les six premières aventures du sheriff déglingué dans un gros volume au dos carré-collé et à la couverture couleur superbe, la classe intégrale pour une saga foutraque destinée à tout fan des Simpsons, des Monty Pythons et de Fluide Glacial entre autres.

On en a déjà parlé à l’Avis, Destruction Kentucky n’est pas vraiment un sheriff super convaincant dans la ville de Semur en Auxwest, c’est même souvent son acolyte et souffre-douleur Petit mouflon des bois qui lui souffle ses meilleures idées. Faut reconnaître que les siennes (ériger une statue géante à son idole Homer par exemple) sont souvent saugrenues. Comme tout homme de pouvoir, et ce malgré le port fort disgracieux mais systématique de pantoufles collectors ornés de l’image de son idole, DK a des ennemis jurés tel le maire Neuneu, mais doit aussi jongler avec les indiens, les poules zombies, les traficoteurs de rêves ou les personnages hauts en couleurs (enfin ici, en noir et blanc) que sont Calamity Jane ou le rouquin Tinetine… Vrai festival de gags destroy, de jeux de mots capillo-tractés et de clins d’œil au cinéma ou à la bande dessinée, Destruction Kentucky remplacera aisément votre collection de westerns réacs avec l’affreux John Wayne.   

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.