Tu payes ton coup ?

Articles

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

[Publié à l'origine dans C Le Mag N° 113]

 

Johnny, le coiffeur de la jet-set de Belém, est retrouvé mort. Le flic torturé Gil Castro est chargé de l'enquête et c'est avec l'aide de Lola, une proche du défunt, qu'il découvre d'abord les secrets sur la pédophilie de la victime. De plus, les gens qui gravitent autour de Johnny se révèlent rapidement être un beau panier de crabes de premier choix. Mais la vie des « bons » n'est pas forcément plus limpide que celle des « méchants » et tout s'enchaîne vite, fort, quand certains disparaissent brusquement - et involontairement - dans l'ombre, d'autres crèvent l'écran pour révéler leur véritable nature, sombre la plupart du temps, tout le monde l'aura deviné…    

Le point de vue de la narration est kaléidoscopique, la première personne virevolte d'un personnage à l'autre et là où on pourrait manquer d'action, on trouve le suspense dans ce style où les protagonistes s'effeuillent au fur et à mesure que le destin leur tombe sur le coin de la gueule. Serait-ce en fait la ville de Belém, lieu de naissance de l'auteur qui plus est, ou bien plus simplement leurs vies respectives qui les façonnent ? Car cette malaxation réciproque du lieu et du temps fabrique des travers et des bonheurs qui colorent avec retentissement des existences qui pourraient être ternes et grisâtres ailleurs. A Belém dans la haute société il semblerait que l'on soit criard jusqu'à la mort, haut en couleurs malgré la noirceur terrible des terribles secrets profondément enfouis. Pour un premier roman, Belém est une belle œuvre quoique noire et désenchantée, à la saveur exotique contrairement aux affreux stéréotypes sur le Brésil de carte postale kitsch.

 

251 pages, 21€

ISBN: 9782918767374

© GED Ω - 24/03 2014

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.