Tu payes ton coup ?

Articles

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : documentaire

Le héros du hockey soviétique Viatcheslav « Slava » Fetisov semble se foutre complet des questions du journaliste, il faut dire que depuis sa retraite du sport, il ne lâche pas son téléphone, fait du « business ». Est-ce que c'est cela qui l'amène à devenir ministre des Sports de Vladimir Poutine ?

Né dans les ruines russes de l'après seconde guerre mondiale dans un appartement pauvre, il y vit tout de même heureux avec sa famille. Le hockey qu'il commence à pratiquer devient rapidement le sport le plus populaire en Russie et en même temps, forcément, une arme de propagande efficace. De son côté et au même endroit où d'autres champions émergent dans d'autres disciplines, par exemple Anatoli Karpov pour les échecs, Fetisov s’entraîne comme un dingue jusqu'à parvenir à jouer dans l'équipe officielle de l'Armée Rouge entraînée par l'ingénieux coach Anatoli Tarassov qui monte une équipe redoutable. C'est cette équipe qui en 1978 va affronter et écraser les canadiens, à l'occasion, les russes découvrent aussi la liberté et le capitalisme : ouille ! Fetisov devient une idole soviétique mais le nouvel et autoritaire entraîneur Viktor Tikhonov change la donne. Aux J. O. de Lake Placid en 1980, l'ambiance est tendue, les évènements en Afghanistan n'arrangent rien. Quand la Russie perd, l'entraînement devient infernal, quand elle gagne, Fetisov subit des décès dans sa famille, il finit par quitter le club de l’Armée Rouge mais devient un paria. Situation qui changera plus tard, après bien des méandres.

Au fil de ce chouette documentaire, le sport n'est parfois qu'un prétexte pour évoquer la période des gigantesques défilés, des courses à l'armement, de la guerre des étoiles. Et on salue par un plaisir sincère un montage son / musique / image habile, et pas mal de belles images d'archives qui illustrent pour beaucoup la désillusion générale avant l'arrivée de Gorbatchev puis ensuite une nostalgie d'un époque pas rose (mais rouge) qui liait tous comme un seul homme pour le pays (Cinema komunisto l'évoque aussi à sa manière). Car à la suite du putsch de 1991 et la chute du régime, adieu fierté nationale et vive la corruption qui gangrènent immédiatement la Russie. C'est dans l'esprit de "redresser" la Russie que toutes ces stars qui finissent par s'exiler reviennent au sein de la mère patrie... Mouais... On attend toujours des résultats plus probants que l'enrichissement gigantesque d'une infime partie d'un peuple pas gâté par l'histoire. 

En tout cas instructif et touchant, on est fan de ce très beau travail de recherche, de ces impressionnantes séquences d'un sport toujours un peu méconnu ici, de cette chouette bande originale, et puis aussi du joli générique en cut & paste. Mais PAS de ces horribles images d'ours hockeyeurs.   

 

© GED Ω - 22/04 2015

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.