Tu payes ton coup ?

Articles

Chez Nawakulture on aime les détails rigolos,

c’est donc assez drôle de voir le stand de tir aux ballons juste à coté des vigiles, de quoi faire une collec de sueurs froides dans le climat de paranoïa qui règne. Ceci dit, on est là pour rigoler, au passage on retrouve aussi la moitié des anciens élèves du collège-lycée  (et beaucoup moins des soirées qui s’ensuivirent).

MANUDIGITAL monte sur scène et s’avère un DJ plus organique que prévu (digital vient de doigt pas vrai ?!) malgré les multiples machines électroniques qui trônent lors de ce set reggae / ragga & co. Il a à ses côtés des instruments dont il joue (basse, pads, etc.), multiplie les allusions aux années 80 (Pacman, cassettes et films de ninjas kitsch s’entrechoquent) et est régulièrement rejoint par un guest au chant, tout ça dans la bonne humeur. Pas la came de la maison mais le public semble comblé.

Place à des hollandais très motivés, STARFISH, qui font dans la pop keupon mélodique aux touches ska avec adjonction de claviers typiquement Eighties. Ces jeunes gens ont semble-t-il fait 1500 bornes et si rien n’est vraiment parfait là-dedans, on se repaît de la fraîcheur de musiciens là avant tout pour passer un bon moment ensemble. Ils allumeront même un semblant de feu rigolo jusqu’à une cassure, uncool au possible, quand le SOVIET SUPREM entamera avant que les jeunots n'aient fini. Pour la peine on reste avec STARFISH qui jouent pourtant le jeu et invitent les gens à aller voir le « great band » SOVIET SUPREM. Dont acte quand le groupe finit.

Mais le gros délire avec décorum et accessoires faucille / marteau mise surtout sur l'humour et le spectacle, on attendait beaucoup plus de musique. Alors, pas fan, on passe notre tour quitte à passer pour une mauviette suprême, tout en rappelant que SYLVESTER STALINE était avant tout un très méchant groupe de grindcore lillois. Non mais. « Sex accordéon et vodka »…et pas mal de gens se cassent juste après. « Au goulag » ? L’électro aux sonorités klezmer de THE ADMIRAL sera zappée pour cause de diverses mondanités et surtout parce que…on veut de l'opium !

Pour info, OPIUM DU PEUPLE est un groupe de furieux qui passe à la moulinette la chanson française et la propulse très fort façon punk / metal, c’est l’incongru Un rêve bleu qui ouvre le bal, suivront entre autres Il est cinq heures, Paris s'éveille, Les Corons, Poupée de cire, poupée de sonL’Été indien (en marche militaire !), Mexico ou encore Laisse béton. Si les musiciens sont des tueurs chacun dans leur domaine, les beeeelles chanteuses / danseuses ne sont pas en reste et sont fort douées pour planter la zone. « Vous l'aurez compris, le côté baloche de Festibaloche c'est un peu nous », annonce le chanteur au gosier d’ursidé, il va sans dire que des baloches de ce genre, on en veut tous les quatre matins tant ça pète à donf tout le long. YOU MADE MY DAY !

Bien que l’on note la présence sur le site d’une horde de microque-monsieur, le Festibaloche est un très chouette festival, et vraiment pas cher en plus, où nous reviendrons forcément si l’emploi du temps le permet, spéciale Ged-y-casse à Anaïs, Ariadna et Alex (ça fait beaucoup de A tout ça hm ?), see ya on da road !

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.