Tu payes ton coup ?

Articles

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Cette bande originale fout des frissons,

et pas seulement à cause du grand film d'Alan Parker qu’elle illustre avec tant de brio.

Ces huit plages de disco sombre et néanmoins dansantes signées Giorgio Moroder (connu aussi pour les B. O. de Flashdance ou Scarface) entraînent l’auditeur dans un monde aux sentiments robotisés, l’inoubliable Chase fait toujours son petit effet au moyen d’un rythme imparable de mélodies entêtantes, les aspérités dissonantes ici et là rappelant le caractère angoissant et inexorable du film.

Du mélancolique et solennel Love’s theme à l’hypnotique version instrumentale de (Theme from) Midnight express en passant par le menaçant The Wheel, l’orientalisant et mystérieux Istanbul opening et le bien nommé Cacophony, aucun ne démérite vraiment le long de ce voyage derrière les barreaux de l’injustice. Deux morceaux seulement contiennent du chant : Istanbul blues (par David Castle) et le final (Theme from) Midnight express (par Chris Bennett), le premier est presque trop commun par rapport au reste mais le second retrouve ce filigrane de mélancolie touchant et si à propos.

Le livret rachitique contient le line-up et quelques photos, rien de plus.

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.