Tu payes ton coup ?

Articles

Pour les dix ans de Rock it to the moon, on a mis les petits plats dans les grands !

Alors après une petite dégustation 1 puisque pas moyen de voir une expo dans une ville qui dort, nous filons rejoindre les copains au Rockstore où le concert commence très, très tôt (19h15, au coucher des poules) avec les DECIBELLES qu’on est très heureux de revoir après toutes ces années 2 et chez qui il y a eu du changement : un homme est à la basse pour diluer le elles en eux. c'est cependant toujours le même plaisir de voir ces anges se transformer en démons pour perpétrer un punk / pop rock agressif et agile à la fois, où les voix (la guitariste et la batteuse se partagent le chant) ont la douceur de l’éther et la violence d’une pluie de cendres noires, on est death-y-dément fier de vous les filles, quel répertoire en anglais comme en français, une putain de claque qu'on en tendrait la joue jusqu'à plus soif. Love total, aaagh…

Comment se démerde-t-on pour louper systématiquement MARVIN trois fois sur quatre ? Quand on y réfléchit, la dernière rencontre date d’une Subsonica devant le Corum avec INTROVERTED VIOLENCE et d’autres. Ceci dit, rien n’a changé côté effet, le rock psychédélique et fuzzy des montpelliérains n’est pas du genre à faire de quartier, regardez pour preuve le nombre de gens qui finissent par arriver dans la salle et remplir petit à petit le temple à la Cadillac rouge. L’effet visuel est terrible aussi, car ces messieurs-dames se donnent à fond et, si les lumières sont parfois un peu froides pour un truc qu’on verrait bien plus flashy et space, on passe un super moment en compagnie d’un groupe d’une exceptionnelle virtuosité et à la performance hypnotique, on verrait bien ça dans un micro club, rien que pour nous, pour prendre un pied dans le plus strict intimisme. Mais il y a des premières parties qu’on ne refuse pas !

© Abbey Braden

Car, pour rappel, SHELLAC c’est tout d’abord Steve Albini, fondateur entre autres de BIG BLACK mais aussi producteur légendaire de NIRVANA, des THUGS, PIXIES, JESUS LIZARD, STOOGES & Co. C’est aussi une entité qui fait ce qu’elle veut, exècre la publicité, sort des albums quant ça lui chante, compose des morceaux que l’on aime ou que l’on déteste… Par bonheur, on accroche bien avec ces compositions abrasives et sèches, parfois répétitives, parfois virevoltantes, un rien autistes, les musiciens ne sont pas des showmen, enchaînent les morceaux et le public, forcément conscient de la rareté du passage, en redemande sans que cela chamboule vraiment SHELLAC. Quand c’est fini, c’est fini, et on a clairement assité à un moment intéressant qui ne se reproduira sûrement pas avant longtemps, alors on prend le temps de le digérer, tranquille, en attendant la prochaine trempe sonore, un jour, quelque part, bientôt…

Spéciale Ged-y-casse à Pierre, Gibet et Renaud, mais aussi à Sylvain, sauveur d’un homme condamné à dormir dans la rue et qu’il ramena chez lui malgré trombes et éclairs. Ah, la vie d’artiste !

1 voir Nunc est bibendum : [WHISKY] The Classic Laddie Scottish Barley (Bruichladdich).

2 voir Hard-Headed Women Fest : DECIBELLES [Fra] + NO MEAT ON FRIDAY [Fra] à Saint-Jean de Védas, Secret Place le 08/06/13, on a aussi une interview d'époque : DECIBELLES [Fra]

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.