Tu payes ton coup ?

Articles

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : les joies de la propriété « privée »

Scénar : les Denbow règnent sur une étendue immense et veulent interdire le passage des pionniers de l'Est qui soi-disant bousilleraient leurs pâturages sur leur passage. Comme si ça ne suffisait pas, certains d’entre eux font régner la terreur sur la ville où personne ne bronche, à par un cowboy amouraché d'une fille que le fils Denbow drague : le pauvre se fait descendre et le coupable est relâché. On essaie ensuite d'éloigner la fille mais celle-ci refuse, du coup le coupable la séduit à contrecœur et l'épouse à la grande fureur du patriarche. Mais l'arrivée de la fille va chambouler la vie de la famille au sein de laquelle elle commence à s'impliquer au point de déclencher une zizanie entre les deux descendants Denbow. Pendant ce temps, les pionniers s'impatientent et ne vont pas tarder à passer à l'action, quitte à forcer les barrières.

L’argentin Hugo Fregonese 1 réalise sans le savoir le deuxième film de notre éternel chouchou, le spécialiste de la mort Lee Van Cleef ici encore dans un petit rôle après celui dans Le Train sifflera trois fois la même année. Outre ce vénéneux demi-dieu, on retrouve dans les rôles principaux un casting de beaux acteurs et actrices dont la troublante Suzanne Ball (pauvre d’elle qui mourra d'un cancer à vingt-et-un ans trois ans plus tard…), Shelley Winters, Scott Brady (Le Pénitencier du Colorado, Johny Guitare, Les Éperons noirs, Gremlins, vu aussi dans des dizaines de séries télé) et la superstar Joseph Cotten (Citizen Kane, L'Ombre d'un doute, Les Cruels, Soleil vert, Bracelets de sangLe Continent des hommes-poissons.

Avec tout ça, Hugo Fregonese a réussi à faire de Passage interdit un western classique mais bien fagoté et sympa car ne débordant pas, pour une fois, d'acteurs archi caricaturaux à part peut-être justement Lee Van Cleef death-y-dément toujours génial en méchant au regard mauvais. Certains personnages parviennent à être plus perfides et plus méchants que les méchants présumés, ils complotent dans l'ombre mais, heureusement, certains restent droits, peut-être même purs à l’image d’une Jane apôtre de la paix dans cette guerre des clôtures.

1 qui signera ou collaborera à de chouettes films, voir L’Étrange Mr Slade de Hugo Fregonese (avec Jack Palance, Constance Smith…) 1953 ou Dracula contre Frankenstein de Tulio Demicheli (avec Paul Naschy, Michael Rennie...) 1970.

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.