Une petite contribution ?

Articles

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : Blade contre Dracula !

Scénar : En plein désert de Syrie, des soldats farfouillent dans une sorte de temple et finissent par trouver un vampire bien plus dangereux qu’ils ne le sont eux-mêmes… Blade de son côté continue le ménage aux Etats-Unis avec la manière brutale et sûre qui le caractérise. Manque de bol, de faux vampires l’ont fait tomber dans un guet-apens filmé pour le compromettre. Il est désormais ennemi public N°1 dans les médias. Du coup, les flics se mettent sur sa piste pendant que les comploteurs ramènent Dracula, le tout premier vampire, sur le territoire américain. La police attaque soudain le QG de Blade, l’arrête et entreprend de le cuisiner pour savoir s’il ne serait pas dingue, voire carrément un tueur en série. C’est compter sans l’apparition d’Abigail Whistler et Hannibal King, de nouveaux alliés qui tombent bien.

Hop, le scénariste des deux précédents Blade 1 réalise ce film, pour le moment le dernier de la trilogie mais premier à arborer le désormais bien connu logo des Marvel studios. Mais, dommage, après deux épisodes ultra explosifs, celui-ci met un peu de temps à démarrer et ne présentera ensuite aucune différence avec les autres : courses-poursuites et fusillades sans fin sur fond d’électro-rock à la mode de chez eux, cascades et effets spéciaux à la pelle, acteurs à la mode (Jessica Biel, à tomber, Ryan Reynolds, Dominic Purcell…) et un langage un peu plus vulgaire / jeunisant pour faire plus drôle ? Raté !

Côté curiosités, on a droit à un extrait d’un film incroyable avec William Shatner (Incubus, de 1966, tourné en espéranto !), une ferme à sang comme dans Soif de sang, des « traqueurs nocturnes » avec leurs jolis stickers FUCK YOU ou encore la mauvaise surprise de Dracula quand il fait la découverte du business autour de sa personne. Ce film n’en fait-il pas partie ? Argh le vampire se mord la…euh…le cou ! N’empêche, ce troisième Blade est bien en-dessous des deux premiers, et ceux-ci ne volaient tout de même pas très haut non plus… Dommage ! Et pour conclure, remixer / sampler le VELVET UNDERGROUND est un sacrilège, mécréants !

L’échange du film : « - Pourquoi tu n’es pas gentil ?
- Parce que ce monde n’est pas gentil »
Saines paroles !

Bonus : bandes annonces

1 voir Blade de Stephen Norrington (avec Wesley Snipes, Stephen Dorff…) 1998 et Blade II de Guillermo del Toro (avec Wesley Snipes, Kris Kristofferson…) 2002.

Les mots-clés :