Tu payes ton coup ?

Articles

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : (petit) western
Scénar : après la guerre de Sécession, d’anciens soldats sudistes essaient de refaire leur vie mais sont brimés par les autres mineurs, et même parfois volés et tués par Travis, un adjoint violent du shérif, et sa clique patibulaire. Johnny Carter se produit quant à lui dans un numéro de tir et de lancer mais certains croient voir on lui le colonel confédéré Desmond, qui plus est semble-t-il en fuite avec une grosse somme en dollars. Les mineurs lui demandent de les soutenir dans leur entreprise mais il décline avant de changer d’avis, peut-être à cause des yeux magnifiques de Lisa, par ailleurs courtisée par Travis : niant toujours être le fameux fugitif, il propose un plan aux opprimés.

C’est vrai qu'au fond Terre damnée est typiquement le genre de film sur lequel on n’a pas grand chose à dire : on tient ici une série B classique qui oppose comme souvent un héros ambigu (Ray Milland, que l’on vit plus convaincant qu’en cowboy, par exemple dans le génial Le Poison, Le Crime était presque parfait ou encore L'Affaire de la fille au pyjama jaune) à des salopards de première (MacDonald Carey est excellent) qui trahissent, tirent dans le dos etc. Heureusement la divine Hedy Lamarr joue le petit soleil dans cette histoire sombre, toutefois tempérée via les gags habituels (on a même là une bourrique accro au tabac à chiquer, fallait juste y penser !). 

Soyons honnête, rien de super passionnant au programme mais un moment de cinéma agréable tout de même, en particulier grâce à des seconds rôles chouettes, de petites scènes d’action très honnêtes, un joli boulot de photographie (belles couleurs !) et qui permet, youpi youpa, de glaner une énième épitaphe possible : « Quand un homme est mort, il est beaucoup moins dangereux. »

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.