Tu payes ton coup ?

Chroniques cinema
28
Jan
2013

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre: marche (à la baguette) ou crève !

Scénar: au sein du conservatoire de Manhattan, le redoutable professeur Terence Fletcher recherche des musiciens exceptionnels pour son orchestre. Andrew, bien que déterminé à devenir un des meilleurs batteurs qui soient, ne l'est pas encore. Mais, contre toute attente, il finit par être choisi par l'impitoyable recruteur. Du coup, comme ça, de joie, il ose dans le même temps aborder la très jolie Nicole qu'il a remarquée au cinéma du coin. Sauf que si ce prof est d’enfer, ce prof EST L’ENFER. On a mal d'avance pour Andrew quand on voit ce régime militaire où tout le monde a son surnom dégradant (Full Metal Jazzhead ?!) et où Fletcher vire les ziquos comme des merdes. Il pousse à bout Andrew au point qu'il se surpasse (il gagne même la place de batteur principal du groupe !) mais au détriment de sa vie perso, pauvre Nicole... Et ce n'est pas un camion qui l'arrêtera (ou presque) ! Car il a le courage et la passion dévorante obligatoires.

Personne pour faire du bruit pendant cette séance en V. O. et enfin de la batteuse au cinoche, avec l'excellent J. K. Simmons en prime ouh yeaah ! Celui-ci joue un prof de musique à double facette, la plupart du temps violent et maniaque, mais aussi parfois hilarant, que ce soit clair depuis Oz : I love you J. K., car quand on inspire aussi bien pleurs, rires que peur, on affirme ici que ça, c'est du Charisme et du jeu d’élite. 

"NOT MY FUCKING TEMPO"! Et encore un couplet sur ceux qui ont un besoin de coup de pompes dans le cul pour avancer mais qui, une fois lancés, deviennent des machines de guerre. Faut souffrir pour être bon ok, mais on aperçoit les limites très proches, et le danger avec. Miles Teller et son drôle de visage balafré interprète cet élève avec beaucoup d’émotion et de crédibilité dans son jeu, à coups de baguettes qu’il crève l’écran !

Question musique, c’est un exercice de caisse claire qui sert de générique, les fans de jazz musclé devraient tripper car on se pète joyeusement les cervicales à force de remuer dans son siège ! Et si la musique n'est pas vraiment respectable pour les beaufs ricains fans de foot, on a l'habitude, on se réservera les disques de Buddy Rich entre initiés puisque c’est comme ça. Voici donc un duel-drame terrible et assez bouleversant, surtout quand on se laisse prendre au jeu de baguettes exceptionnel déployé ici, syndrome de Stendhal oblige en plus.

Excellent.

© GED Ω - 28/01 2015

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.