Tu payes ton coup ?

Chroniques DVD
19
Nov
2011

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre: bio engagée

Scénar: après qu'une petite fille est morte de froid dans un bidonville, l'abbé Pierre adresse au gouvernement via la presse une lettre ouverte sous forme de cri de révolte. Si certaines mentalités commencent à changer de camp au sein de la haute bourgeoisie, la majorité des élites ignorent le problème massif des sans-abri, voire s'en moquent. Le combat de l'abbé entouré de ses chiffonniers ne fait que commencer. 

La reconstitution de l'ambiance et des décors de l'époque est très réussie et quelle galerie d'acteurs, en particulier les seconds rôles (Robert Hirsch qui récolte un César, Maxime LerouxBernard "Antisocial" BonvoisinWladimir Yordanoff...) sans évidemment oublier un Lambert Wilson visiblement habité - trop ? - (un prix Jean Gabin pour lui l'année suivante) et Claudia Cardinale, tout de même parfois un peu light. Malgré les bons sentiments inhérents à ce genre de productions qui lorgnent vers l'hommage et moins la réalité historique, Hiver 54 est un assez bon film biographique un peu oublié qui mérite néanmoins d'être revu quand on pense que finalement rien n'a véritablement changé aujourd'hui dans les rues comme on pourra s'en rendre compte rapidement dans les mois qui viennent, accompagnés qu'ils sont du cortège des morts de froid annuels. Un chiffre de plus pour le gouvernement n'est-ce pas ?

 

© GED Ω - 19/11 2011

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.