Chroniques DVD
15
Déc
2015

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : ça va cloquer chérie !


Scénar : il semblerait que tout parte en sucette sur cette planète, terreur ou pas : lors d’une transaction biochimique foireuse entre des militaires et des trafiquants, un gaz affreux s’échappe et transforme les gens en zombies affamés de bidoche. Au milieu de tout ça, les petites histoires de cette jolie danseuse mélancolique à qui le destin fait une belle jambe, de ce couple de toubibs en pleine crise existentielle, de ce patron de grill qui bosse sur la « sauce du siècle », tout ça a sûrement son importance mais en attendant, l’épidémie se répand, you better run !

Grindhouse reuh ! Hop, voilà le pendant gorygolo de Boulevard de la Mort (voir Boulevard de la Mort de Quentin Tarantino (avec Kurt Russell, Rosario Dawson…) 2006) où cette fois-ci pullulent les gags crados, les destructions de bagnoles et les détails déglingués (effusions de sang énormes, plaies gangréneuses splendides, un méchant qui collectionne les couilles dans le potage…) mais Rodriguez se démerde quand même pour caser une ou deux scènes touchantes, quel homme !

Le réalisateur s’en donne à cœur joie avec un casting assez fou (une pléiade de bombes atomiques dont une Rose McGowan sulfureuse - ça change des nunuches de Charmed - et une Fergie toujours séduisante, mais aussi Bruce Willis fabuleux en militaire dur à cuire, Tom Savini, réalisateur du remake de La Nuit des morts vivants, et vu dans Une nuit en enfer et Machete, Michael Parks vu dans Kill Bill, l’excellent Josh Brolin, et on a aussi droit à une apparition du sieur Tarantino, hilarant à son habitude), des hommages et des réminiscences des classiques de l’horreur comme La Nuit des morts vivants, Zombie, Le Retour des morts-vivants voire même 28 jours plus tard pour ces zombies enragés. Tout ça filmé avec une image granuleuse et dans une ambiance aux couleurs troubles qui rappellent aussi le climat louftingue d’un Le Crocodile de la Mort. Les effets spéciaux très réussis rappellent ceux de Sin City et les bruitages sont terriblement bien placés / dosés. Ah, par contre si quelqu’un cherche une quelconque subtilité dans le scénario, n’hésitez pas à lui dire qu’elle serait « aussi utile que la bite d’un curé » !

P. S. : les célébrissimes « fausses » bandes-annonces (signées par de grands noms dont Edgar Wright qui signa le fantabuleux Shaun of the Dead, Eli Roth ou Rob Zombie) comporte celle de Machete qui déclenchera la mise en chantier du film du même nom, à suivre !

Bonus : conférence de presse de 2006, une leçon de cinéma par Rodriguez en dix minutes (avec secrets et astuces à la clé), un documentaire sur les acteurs (16’) et les actrices (12’), sur Rebel (!), le fils de Rodriguez (5’), les cascadeurs (13’) et les second rôles (6’).

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !