Une petite contribution ?

Chroniques DVD
17
Juil
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : Bond sauce Moore

Scénar : le chalutier coulé ne faisait pas que dans le poisson mais dissimulait un poste de contrôle secret et le dispositif A. T. A. C. Coulé au large de l’Albanie, celui-ci attise les convoitises et les services secrets anglais tiennent à récupérer la chose au plus vite. Manque de bol, un tueur tue les plongeurs qui s’y risquent, Bond va devoir intervenir mais visiblement il n’est pas le seul après les vilains. La divine brune qui est sur les mêmes traces est en fait la fille des plongeurs refroidis, voici un tandem qui promet…

Le britannique John Glen fait ici le premier Bond d’une longue série puisqu’il signera aussi les quatre suivants. Et il s’y connaît un peu puisqu’il a déjà été monteur et assistant-réalisateur sur trois des précédents (Au service secret de sa majesté, L’Espion qui m’aimait et Moonraker). Pour le reste, le quota est quasi intact : Roger Moore et son allure de grand-père cabotin juste comme il faut pour divertir, des décors superbes (on donnerait n’importe quoi pour aller aussi au monastère des Météores), le général Gogol, Q, Blofeld, cette fois avec minerve et fauteuil + chat blanc dans un délire à la cartoon quand le combat s’engage, des pépées, des explosions, des cascades en cascade (ouaip !), des scènes cruelles avec cris de douleur... Seul M n’est pas là puisqu’il est mort, le cancer n'épargnant pas les officiers supérieurs.

Ça bouge sans arrêt comme d'habitude mais toujours autant de too much au programme, dommage que pour tant d’action pure il n’y ait pas beaucoup du reste même si après l’affreux Moonraker la saga revient sur le plancher des vaches et se révèle moins kitsch / naze. Carole Bouquet est belle à faire se damner un saint avec ses cheveux de déesse, une véritable amazone d’une autre planète tellement au-dessus des habituelles piscines pleines de meufs et des patineuses nymphos… Une autre belle plante est la deudeuche jaune qui occasionne une poursuite interminable et, évidemment, un peu trop de clichés comiques, n’est pas la religieuse du Gendarme de Saint-Tropez qui veut, monsieur Moore ! Reconnaissons au passage que même un Multipla serait plus supportable que l’horrible voiture blanche, so Eighties, au service de 007. Mais au fait, cette Lotus ne serait-elle pas fabriquée par les usines de PQ portant le même nom ?

https://www.youtube.com/watch?v=OCEj7E3Fhro

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac