Tu payes ton coup ?

Chroniques DVD
26
Fév
2016

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : horreur gothique pur jus

Scénar : orage et désespoir, quels sont donc ces cris horribles qui résonnent dans la baraque ? Tout simplement ceux de la belle Mary qui croit voir des trucs affreux, des horreurs sanglantes dignes du Moyen-Âge le plus craignos. Pour tout réconfort, elle ne reçoit que calmants à outrance mais quand même, le toubib voit des détails que les « hallucinations » ne peuvent causer. Bien sûr personne n’y croit…officiellement. Car un visiteur, John Selby, est lui aussi très intéressé par cet étrange lieu, il est en fait agent du FBI et va, forcément, mettre son grain de sel (dans la plaie) dans un dangereux jeu de cache-cache.

Hop, on lâche dans un château superbe des personnages aux prises avec un descendant du sinistre « Justicier » qui jadis avait tendance à bien aimer tailler le bout de gras avec le fil de son épée, voire à enfermer les gens dans une vierge de fer (IRON MAIDEN, ça te dit quelque chose ?), objet rigolo qui s'apparente à un cercueil debout garni de pointes qui se plantent dans le corps quand on ferme ses portes. Qui a dit « ouille » ?

Tout est donc là pour ravir les fans du genre : un décor classique incluant portes et fenêtres claquant avec les bourrasques, passages secrets, crypte et tombeaux, des personnages vénéneux et ambigus (par exemple ces domestiques étranges et froids dont un Christopher Lee délicieusement sinistre…), de jolies femmes légèrement vêtues avant d'être savamment torturées dans un musée consacré à cette amusante activité, etc.

Un très chouette Margheriti que celui-ci, avec une atmosphère bien cool et de très belles couleurs à la Corman, de jolis maquillages et effets sanglants (le supplice du rat est particulièrement efficace), des maquettes et des figurines drôles et kitsch ainsi que de beaux cris d'horreur poussés par une Rossana Podesta (Ulysse, Hélène de Troie, Sodome et Gomorrhe…) qui ne s'en laisse tout de même pas compter, elle déplace même des meubles énormes quand elle se sent en danger, ne la cherchez pas malheureux ! Autre bon point, la bande originale made in Ortolani qui file du menaçant au groove jazzy. Pas vraiment beaucoup d'horreur visuelle à proprement parler mais une belle dose de suspense, c’est juste fort dommage que l’histoire qui aurait pu rester hors du temps soit tailladée par le démarrage crasse d'une caisse, zut !

Bonus : film-annonce (très bavarde, à voir après le film !), bio / filmographies sélectives de Antonio Margheriti et Christopher Lee.

Ah comme ça tu verrais bien d’autres films du même type ou presque ? Teste donc L'HallucinéLe Grand inquisiteurContronatura, éventuellement La Marque du Diable ?

P. S. : question aux pros puissance 12, doit-on voir quelque part une influence de Crâne Rouge aquí dedins ?

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.