Tu payes ton coup ?

Chroniques DVD
09
Avr
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : pas celui que vous croyez…ou presque !

Scénar : à Istambul, au bord de la Mer noire, un jazzman vient sur la plage déterrer sa trompette abandonnée là par manque d’inspiration et soudain arrive avec les flots le corps d’une jeune femme qu’il croit reconnaître comme étant Wanda Reed pour qui il craqua un temps ; avant de la voir torturée et violée par trois personnes sans intervenir. Il se retrouve ensuite à Rio pendant le carnaval où il se met à fréquenter une belle chanteuse mais ne trouve pas plus l’envie de jouer…jusqu’à ce qu’il voie resurgir la récalcitrante Wanda ! Mais il n’est pas le seul à constater la réapparition de la belle blonde, ses tortionnaires commencent à l’apercevoir aussi, pour le meilleur et pour le pire…  


69, année érotique pas vrai ? Tout d’abord, rassurons les fans de littérature sulfureuse, ce film de Jess Franco 1 n’a quasiment rien à voir (à part le prénom et un manteau…) avec le texte de Leopold von Sacher-Masoch, le titre est juste une tentative de surf des producteurs sur le Dallamano sorti l’année précédente. Le film se nommait à l’origine Black angel (ou Paroxismus en Italie) et c’était très bien comme ça. Mais voilà, les aléas du commerce… Dommage, car au lieu de destiner le film à un succès public, il le dirige plus réellement vers les oubliettes, un vrai gâchis que voilà.


Car Black angel - appelons-le comme Franco lui-même - est un film tout simplement fascinant avec des velléités arty (on ne compte plus les gros plans sur des tableaux et des sculptures, on fait dans le perchage avec filtres de couleurs, les ralentis oniriques et les flous inquiétants…) et, avec si peu de dialogues et tant de musique, une facette quasiment « comédie » musicale à cause de certains aspects psyché pop de la B. O. sur laquelle sévissent Manfred Mann et Mike Hugg (MANFRED MANN’S EARTH BAND) mais aussi Stu Philipps qui est ici « emprunté ». Celui qui nous dit de quelle série sort la musique gagne notre estime éternelle.


Malgré la séquence brésilienne pas vraiment utile ni passionnante (merci les stock-shots de carnaval ou de vols d’oiseaux !) et où que soit la réalité dans cette vie qui semble rêvée par le personnage principal, comme si la drogue régnait en maître dans un organisme chahuté, on parle ici de l’histoire d’un amour fou, hors du temps, pour une sorte de dame blanche lascive, magnifiquement incarnée par Maria Rohm, éprouvé par un James Darren crédible. Klaus Kinski ne fait, comme souvent, que passer, et Paul Müller aussi d’ailleurs. Restent tout de même les délicieuses Barbara McNair et Margaret Lee. Tourné en Turquie pendant la période « faste » des productions Harry Alan Towers, ce film est clairement un des meilleurs Jess Franco (que l’on aperçoit grimé en tromboniste ou pianiste).

Bonus : diaporama, bandes-annonces de la collection, « La Vénus en fourrure », entretien avec Alain Petit (43’), auteur de la biographie définitive de Franco 2 ainsi que des séquences du montage italien (18’).

Infos / commande : http://www.artusfilms.com/jess-franco/venus-in-furs-52

1 on a beaucoup parlé de Jess Franco ici, voir en vrac Opération lèvres rouges, L'Horrible docteur OrlofLe Sadique Baron von KlausLes Maîtresses du Docteur JeckyllSumuru, la cité sans hommes, Une vierge chez les morts-vivantsLa Comtesse noire, Exorcismes et messes noires, Mondo cannibaleL'Abîme des morts vivants.

2 voici le lien vers ZEU Bible ultime : Jess Franco ou les prospérités du bis de Alain Petit (Artus Films - 2015)

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.