Une petite contribution ?

Chroniques DVD
28
Jan
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : comédie grinçante

Scénar : en Ardèche, les aubergistes ouvrent volontiers leurs portes aux voyageurs de passage. Enfin, surtout celles qui mènent à leur tombe… Et voilà que déboulent l’aubaine d’une diligence pleine de casse-noix froussards et mesquins mais aussi un moine et son novice affamés qui comptent sur la charité : ERREUR. Les aubergistes se frottent les mains car leur « entreprise » est bien organisée. Sauf qu’ils ont à peine eu le temps de camoufler la dernière victime qui risque d’être découverte un peu n’importe quand. Et si en plus la femme de l’aubergiste craque et confesse au moine les horribles forfaits de sa clique (cent-deux morts, c’est une belle moyenne en vingt ans nan ?), ça devient craignos. Pensez maintenant à ce pauvre moine qui, coincé sous le poids du secret, use de subterfuges pour avertir les autres hôtes du danger !  

 

Dans ce film, Claude Autant-Lara s’attaque à une lointaine adaptation de Balzac et y instille un suspense suscité par des détails loufoques comme le fameux bonhomme de neige, une jolie dose de comédie au moyen de drôles de personnages (particulièrement Fernandel qui, déjà en soutane avant la saga Camillo, joue ici dans un registre à la frère Tuck, et se révèle excellent en curé gourmet et geignard, trimballant enfermé dans un coffret en or et pierres un os de Saint-François-Régis, patron de l’Ardèche, avec qui il dit parler). Notons encore côté clergé que bien avant Le Nom de la Rose, le novice ne fuit point la femme comme il se devrait. Youpi !

Ces truculents bandits de la route rappellent un peu les naufrageurs du Jamaican Inn 1 d’Hitchcock), leur certaine exagération Les Mystères de Paris 2 ou Le Bon, la brute et le truand 3 (pour les affreux passagers de la diligence), mais ne comptez pas sur cette belle équipe pour vous infliger une morale gnagnan, l’acidité générale sonne comme l’orgue de barbarie fauché à un « client », la partition est joyeuse mais parfois dissonante. Heureusement, la complainte interprétée par Yves Montand ramène un peu de douceur. Enfin, si on veut.

Un classique à revoir !

1 voir Jamaica Inn de Alfred Hitchcock (avec Charles Laughton, Maureen O'Hara...) 1939.

2 voir Les Mystères de Paris de Eugène Sue (Editions Jean-Jacques Pauvert - 1963).

3 voir Le Bon, la brute et le truand de Sergio Leone (avec Clint Eastwood, Eli Wallach…) 1966

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac