Chroniques DVD
18
Avr
2017

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : gory-golo

Scénar : un machin venu d’ailleurs s'écrase sur Terre, deux imbéciles veulent en prendre une photo, ils n'en auront pas le temps puisqu'ils sont immédiatement massacrés. La chose s'installe ensuite dans la cave d'un couple de beaufs qui évidemment ne s’aperçoivent de rien. Pendant qu’un beau carnage s’enchaîne dans la cave et qu’un orage horrible éclate au dehors, à l'étage le fils scientifique super terre-à-terre, qui aime à réfuter l'existence des extraterrestres et fustiger la science-fiction, fait des recherches sur un étrange spécimen trouvé par ses potes. Le tout sans se douter que le truc plein de dents en bas semble insatiable… De quoi réviser ses jugements de tête d’ampoule !

Premier et seul film de Douglas McKeown inédit jusqu’à lors en DVD, The Deadly spawn est un film très drôle respirant la passion pour la science-fiction et l’horreur vintage avec un côté assez amateur mais très astucieux, particulièrement au niveau des effets spéciaux super rudimentaires mais très bien foutus (et parfois très gore, ce qui ne gâche rien). On trouve très drôle de découvrir en ombre chinoise le streum plein de dents absolument hilarant dont le grognement ressemble au gargouillis d’une machine à laver ; cette musique typique au clavier pouêt-pouêt et ce scénario ultra classique ne sont que des plus, même le côté comédie assumé ne vient pas à bout de la patience d’un cinéphile (on ne peut s’empêcher de penser parfois aux Body snatchers, Tomates tueuses et autres Slugs 1 mais aussi à Alien 2, et l’équipe cite même carrément La Chose venue d'ailleurs au travers, comme dans un des innombrables Vendredi 13 3, d’un morveux qui collectionne les objets liés à l’horreur).

Notez pour finir que ce casting de semi-inconnus n’est pas aussi nul que prévu (et Satan sait qu’on en a vu des pas tristes hein ?!), que votre regard risque de croiser la nuisette la plus infâme de l’histoire du cinoche mais aussi un splendide effet de maquette, c’est toujours plaisant d’avoir les essentiels du genre dans la besace.

Bonus : [sans déconner, « boni », c'est tellement moche qu'on ne peut s'empêcher de redire, dominus domini, oui, mais là non, car c’est n'importe quoi.] Cinquante minutes avec le making-of des effets spéciaux (9’, très instructif sur les astuces employées), les vidéos des castings (15’), les collectors autour du film (5’, les marionnettes sont géniales !), un extrait d’un journal télévisé américain (2,30’), une bande-annonce restaurée (6,30’), une séquence d'ouverture alternative (4’30), des galeries de photos et d'autres choses bien cachées, bonne chasse ! Tant qu'à y être, le DVD est emballé dans un coffret top classe.

1 voir Mutations (Slugs) de Juan Piquer Simon (avec Michael Garfield, Kim Terry...) 1988.

2 voir Alien de Ridley Scott (avec Sigourney Weaver, Tom Skerritt…) 1979.

3 tiens fouille là-dedans puisque tu as le temps : Vendredi 13 - Chapitres 2 à 8 1981-1989.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !