Chroniques DVD
10
Mai
2017

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : un Marvel sans super-héros individuel, diantre !

ScénarPeter Quill est enlevé par un extraterrestre le jour de la mort de sa mère en 1988. Vingt-six ans plus tard, il est devenu un super-héros, Star-Lord, qui se balade avec les seuls souvenirs qu’il a de sa vie terrienne : un walkman et une compilation de morceaux de son enfance. Sa tête est mise à prix pour une sombre histoire de vol, un arbre humanoïde (Groot) et un raton-laveur légèrement amélioré (Rocket) sont sur sa piste, ils deviennent par la suite ses alliés, ainsi que Gamora (la propre fille de Thanos !) et un colosse un poil neurasthénique, Drax. Face à cette équipe à l’équilibre fragile se dresse le dangereux Ronan qui veut récupérer à tout prix ce que Star-Lord lui a taxé. Va y avoir du spatio-sport !

Ok, si on devait imaginer pour cet énième Marvel un cocktail descriptif, on mettrait dedans Star Wars, les péripéties liées aux diverses visites de Galactus et Le Cinquième élément 1 pour le côté comédie potache avec gags un peu neuneus et dialogues typiquement dans la lignée de la comédie américaine avec de vrais morceaux de bons sentiments dedans. Bien sûr, le grand spectacle est aussi à prévoir avec des effets spéciaux dantesques, des ralentis à la Matrix, des décors parfois mortels (la désolation bien cool régnant sur la planète Morag est visuellement splendide) mais aussi un goût prononcé pour le kitsch Seventies / Eighties, par exemple sur la bande originale (la cassette c'est vraiment formidable) où se côtoient les RUNAWAYS, les JACKSON 5 ou David Bowie !  

Premier véritable gros film de James Gunn, Les Gardiens de la galaxie est une bonne grosse machine assez classique dans l’esprit mais parfois revigorante avec cette brochette d’acteurs pas vraiment de premier plan et qui promettent une série dans le genre réjouissant, d’autant que l’orientation est clairement grand public…et puis quand même, le génial Thanos est là, yes !!

La phrase du film : « les sentiments, c'est comme des asticots qui grignotent ton cerveau »

1 voir Le Cinquième élément de Luc Besson (avec Bruce Willis, Milla Jovovich...) 1997.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.