Tu payes ton coup ?

Chroniques DVD
02
Déc
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : pétrole, pétrole !

Scénar : pas le temps de récupérer une information que l’informateur est éliminé ! Mon petit James, tu devrais faire gaffe à tes os quand ça commence comme ça ! Mais si les tueurs eux-mêmes se font descendre ensuite, c’est à n’y plus rien comprendre… En attendant sir Robert King est assassiné et on ne tue pas comme ça les amis de M, James Bond est sur les traces d'une très belle adversaire qui préfère mourir que livrer son commanditaire, homme sérieusement dangereux que voilà, va falloir jouer serré… 007 se retrouve en Azerbaïdjan auprès de la fille de King, présumée être la prochaine cible, et mène son enquête dans le milieu du pétrole…

Pas d’inquiétude, tous les ingrédients habituels sont là, une bande originale de stars (c'est cette fois GARBAGE qui s'y collent), des millions de dégâts à déplorer, de looooongues poursuites ponctuées d'explosions et de gadgets qui tombent toujours bien (notez au passage que l’agent Q original prend la retraite mais une « jeune » recrue le remplace : John Cleese !), James Bond passe comme d'habitude d'une femme (la bimbo Denise Richards par exemple) ou d'une voiture à une autre dans une ambiance classiquement machiste malgré la présence rassurante de l'excellente Judi Dench, enfin une femme de pouvoir pour rabattre le caquet de tous ces fiers-à-bras.

Niveau méchants, la sublime Sophie Marceau sait que même James Bond ne peut lui résister, personne, et l’excellent Robert Carlyle est toujours aussi impressionnant, en particulier dans le rôle d'un extrémiste anarchiste particulièrement motivé à semer durablement les graines du chaos. Beaucoup plus torturés que d'habitude, les ennemis de 007 font désormais, déclin du communisme oblige, moins de blabla idéologique et plus de sentiments, quitte à friser le dramatique. Globalement un épisode pas tout à fait passionnant qui montre que l’ère Brosnan commence à se faire longue même si ce n'est que la troisième apparition de l'acteur.

L’échange du film :
« - je vous donne la somme au compte rond.
- j'adore les rondeurs »

 

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.