Tu payes ton coup ?

Chroniques DVD
06
Oct
2018

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : série sympa au début
Scénar : à peine descendue de l'avion, le docteur Temperance Brennan défonce un type de la sécurité car son habitude à trimbaler des restes humains a tendance à ne pas passer inaperçue. L’agent Booth du FBI vient tirer celle qu’il surnomme Bones de là, comme d'habitude. Anthropologue judiciaire, elle dirige une équipe de scientifiques un peu allumés mais hyper professionnels (« les fouines », toujours d’après Booth…), ce sont leurs aventures, quand ils se retrouvent outils du FBI pour des enquêtes compliquées, que l’on va suivre.

Cette série à succès l’a mérité, après tout le sujet était bien trouvé, le scénario souvent invraisemblable n’empêchait pas les épisodes de passer plutôt vite et bien, agrémentés qu’ils étaient de bandes originales soignées et bien entendu d’un casting de choix : des femmes magnifiques (Bones est souvent à couper le souffle), des types au visage marquant ou déjà vus dans d'autres séries (Bouffy et ses vampires d’opérette, Dr House, Ally McBeal and Co.), même le demi-dieu Billy Gibbons (ZZ TOP !!!) est là, c’est dire !

La relation Bones / Booth est assez drôle au départ, la scientifique se frite régulièrement avec l'agent qui se révèle souvent bien plus sentimental que la machine à penser totalement asociale que les conventions humaines n’émeuvent que fort rarement, son humour systématiquement à froid et sa franchise souvent gênante désarment le flic qui s’oppose à elle dans un duel perpétuel entre science et religion, l'agent Booth se révèlant être un affreux bigot face à une logisticienne pure, peu lui chaut enfer ou paradis car Bones sait mieux que quiconque comment finit un défunt ! Ajoutons qu’elle déteste en plus la psychologie, elle ne peut donc être détestable. Et puis, l'ordinateur laisse parfois place à un cœur,  miracle !  

La série est forcément, comme toutes les autres, occasion de débats socio-politiques, par exemple autour de la religion ou de la famille auxquelles Bones ne croit pas rapport à son passé qui lui revient soudain en pleine figure. Au programme aussi de l’action bien sûr, de l’émotion, quelques frôlements avec d'autres genres comme l’horreur ou le fantastique (l’épisode sur le vaudou) et, comment y échapper, la bonne grosse morale habituelle. Tout ça sans oublier des allusions sexuelles permanentes puisque des histoires sentimentales lient les personnages et alimentent un filigrane de « vraie vie » dans ces histoires de laboratoire pleines de nonosses.

Dommage par contre qu’elles pourrissent totalement la série au bout de trois saisons vraiment sympas et fassent virer le truc à la guimauve hard-discount. Un vrai gâchis qui n’empêche pas un début franchement chouette.

La phrase du coffret (35 DVDs / 129 épisodes) : « allez donc polir un os ! »

Bonus : documentaires divers, scènes coupées, bêtisiers, making-of, etc.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.