Tu payes ton coup ?

Chroniques DVD
05
Jui
2003

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : Dieu crée, l'Homme détruit…façon Hollywood

Scénar : « partager le monde n’a jamais été la vocation de l’homme » et visiblement surtout pas avec les mutants. Alors si en plus quelqu'un tente une attaque de la Maison Blanche pour le prétexte de « liberté pour les mutants », ça ne risque pas d’adoucir les tensions… Jean Grey pressent une nouvelle catastrophe et elle a une nouvelle fois raison : le professeur Xavier est dans le viseur de Stryker et des anti-mutants, Magnéto est si malmené dans sa prison qu’il déballe tout sur l'école qui est attaquée, Wolverine, de retour de pèlerinage à Alkali Lake, a juste le temps de s'enfuir avec quelques jeunes… L'opinion publique et les familles se déchirent en pleine paranoïa mais pour une fois les mutants de tous bords se retrouvent avec un ennemi commun. Est-ce pour cela qu'on pourrait espérer une alliance ?

Le deuxième X-Men de Bryan Singer 1 (le talentueux réalisateur de Ennemi public, Usual suspects, Un élève doué…) se déroule dans un climat très sombre où les uns s'opposent aux autres pour la cause habituelle du droit à la différence, on a droit, bien sûr, à une grande abondance d'effets spéciaux, quelques scènes bien violentes (qui s'expliquent sûrement par un taux trop élevé de fer dans les globules rouges…) et une adaptation somme toute assez honnête d’un des passages les plus connus de l’histoire des super-mutants, même si des libertés sont toujours prises sur le matériau original. Les mystères autour de plusieurs personnages, Wolverine en tête, sont sur le point d'être dévoilés et les fans de séries de films en seront heureux, surtout s’ils n’ont rien lu de ces comics.

On peut tout de même regretter une fin qui s’éternise un peu et se poser une question qui devient nécessaire en ce début de la décennie 2000 où les films de ce genre recommencent à cartonner : pourquoi des films toujours plus longs pour pas grand chose en réalité ? Dans la série des incongruités, Hugh Jackman, merci coiffeur, a vraiment une coupe affreuse qui le situe capillairement entre le Dracula de Coppola, Ace Ventura et Keith Flint de PRODIGY, argh ! Les cheveux aussi peuvent muter, c’est désormais un fait !

1 après X-Men de Bryan Singer (avec Hugh Jackman, Patrick Stewart…) 2000.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.