Tu payes ton coup ?

Chroniques DVD
19
Juil
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : 1h23 dans la maison hantée des fêtes foraines

Scénar : pour célébrer la saint-Litan, la ville de Litan organise chaque année son étrange carnaval des morts. C’est à ce moment-là que Nora commence à être hantée par des cauchemars qu’elle revit petit à petit le jour dans une ville qui semble sombrer petit à petit dans la folie. Et puis qui est cette voix qui lui donne rendez-vous au téléphone, pourquoi se sent-elle pourchassée et, plus grave, quelles sont ces bestioles, sortes de vers d’eau fluorescents, qui s’attaquent soudain aux gens ? Disparitions, morts suspectes, Nora et Jock ne sont pas au bout de leurs surprises…désagréables.

Grand Prix de la Critique Avoriaz 1982, Litan est sûrement un des Mocky les plus singuliers avec une atmosphère nimbée d’un brouillard humide et venteux qui situe l’histoire un peu en dehors du temps et de la réalité, la musique obsédante de Chostakovitch mais aussi de Nino Ferrer (également - bon - acteur dans le film) et ces chants étranges, ces bruitages bizarres, ces jeux de flous et de miroirs, les masques et costumes inquiétants, les personnages façon droogies, les chauffeurs qui semblent aveugles, le décor un peu bric-à-brac, cette ville envoûtante (en réalité Annonay) peuplée de dingues en puissance et nantie d’un cimetière atypique, d’un hosto qui se révèle un capharnaüm sanglant et morbide, une ville aux vestiges post-industriels géniaux qui dans un tout autre genre rappelle La Cité de l’indicible peur pour laquelle tel décor aurait fait son petit effet.

Son scénario est peut-être parfois confus avec son échange autour de la vie après la mort (les réalités s'entrechoquent comme dans Une vierge chez les morts-vivants de Jess Franco par exemple et parfois le fil est dur à tenir) mais Litan préfigure presque l’univers Caro / Jeunet avant l’heure avec cette ambiance générale étrangissime (tiens, une balade en cercueil comme dans Les Cigares du pharaon de Hergé !) dans laquelle l’ineffable trombinoscope mockyen fait encore plus son effet que d'habitude, Dominique Zardi est particulièrement bon dans ce rôle du Roi des fous qui lui va comme un gant. D’ailleurs, Litan est aussi le dernier film d'une des tronches mockyennes les plus marquantes, bye bye le farfelu Jean-Claude Rémoleux qui meurt en 1985… Snif.

Bonus : diaporama, Mocky Story (3’), bande-annonce, interview de Mocky.

P. S. : n'oubliez pas de cliquer sur le nom en rouge du réalisateur, cela vous permettra d’aller lire des dizaines d’articles au sujet de Mocky.


Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.