Tu payes ton coup ?

Chroniques DVD
28
Oct
2016

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : train d’enfer

Scénar : si des bonhommes en blouse blanche sulfatent soudain les véhicules des passants, ce n'est pas pour une simple affaire de grippe aviaire : « une fuite » a déclenché l'alarme… Au même moment, la jeune Soo-ahn veut aller voir sa mère à Busan toute seule, son père Sok-woo décide finalement de partir avec et monte dans le train. Funeste erreur, car le dit train traverse un pays en guerre incontrôlée et trimballe en plus, sans que les passagers ne s’en doutent au début, des morts vivants contaminés par un virus extrêmement contagieux : tout simplementy les machines à tuer les plus acharnées jamais vues. Et ceux-ci vont se déchaîner très vite sur le gibier gentiment parqué dans les wagons !

Wow, le sud-coréen Sang-ho Yeon rejoint en grande pompe le maître George A. Romero dans un monde de cadavres errants au message vitriolé en filigrane, dirigé entre autres contre l'égoïsme et le profit, la corruption et l'individualisme, la science sans conscience, vous connaissez heavy-demment le topo puisque Dernier train pour Busan suit le schéma classique, de la surprise à la découverte du point faible, mais est peuplé, contrairement aux autres films du genre, de personnages réellement attachants (la petite héroïne est simplement magnifique), ponctué de moments poignants et surtout superbement filmé, joué et mis en scène, une vraie surprise pour votre chroniqueur préféré.

De la première transformation d’un jeune daim (?) en zombie à des centaines de figurants déchaînés provoquant un chaos total malgré l’armée déployé, le film nous garantit une sacrée dose de suspense et à donf d'action, ces morts-vivants ultra-violents tuent par rage et non par appétit, un peu comme chez 28 jours plus tard et consorts, et le tortillard qui se traîne ne rassure bien sûr pas les personnages qui réagissent différemment à l’agression générale de monstres beaux et convaincants avec leurs lentilles blanches et leurs veines bleues. On est maintenant curieux de voir le manga qui précédait ce film qui en serait la suite…

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.