Une petite contribution ?

Chroniques DVD
02
Déc
2009

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : gory-golo

Scénar : « Un pays n'existe pas sans ses habitants », c'est la réflexion que se fait le jeune « Columbus » en arpentant son monde en flammes ou en miettes alors que les contaminés (encore un coup de la vache folle !), des zombie affamés, risquent désormais de dévorer un par un les éventuels survivants. Si Colombus a réussi à survivre en plein milieu du Texas à cette invasion de cadavres voraces, c'est grâce à une petite liste de règles qu'il applique consciencieusement. Sur sa route, il tombe sur un cramé du bulbe (accro total au gâteau Twinkie) avec lequel il commence à partager la route. Les deux tombent sur une magnifique brune accompagnée de sa petite sœur : deux petites malines, arnaqueuses de beau niveau qui essayent et parviennent même à leur piquer leur matos de survie. Pas démontés, ils trouvent, coup de bol, un super 4x4 rempli d'armes de la mort, fini de rigoler !

 

Pour son premier long-métrage, l’américain Ruben Fleischer a non seulement réuni un sacré quatuor : Emma Stone (divine dans La La Land…), Abigail Breslin (L’Île de Nim), Jesse Eisenberg (interprète de Mark Zuckerberg dans The Social Network et de Lex Luthor dans les récentes adaptations DC) et Woody Harrelson (Les Blancs ne savent pas sauter, Proposition indécente, Tueurs nés, Larry Flynt, La Ligne rouge, No Country for Old Men…) mais aussi invité une sommité de la comédie mondiale, Bill Murray, dont l'apparition et les films dans le film sont juste géniaux, cet acteur est death-y-dément mythique pour un nombre de raisons au moins égal à la majorité des œuvres où il apparaît. On retrouve aussi plus subrepticement la sublime Amber Heard (All the boys love Mandy Lane) et l’acteur complice de Jack Black dans Rock academy, Mike White.

Mais si dans ce joli lot un type tire son épingle du jeu, c’est bien sûr Woody Harrelson qui est juste fabuleux dans le rôle de ce psychopathe massacreur de zombies (à coup de banjo ou pas, son arsenal dépassant parfois l'imagination), les effets gore sont contrebalancés par un humour décapant, on ne peut que s'esclaffer d'autant que le montage s'avère très efficace et certaines scènes jouissives comme le passage anarchique à la Orange Mécanique lors de la destruction du magasin, un truc que chacun rêve secrètement de faire, particulièrement avec dans les feuilles une bande originale chouette (METALLICA, VAN HALEN, BLUE ÖYSTER CULT, Hank Williams, Lou Reed, BLACK KEYS…et pourquoi pas Strauss Jr ou Mozart hein ?!).

Une bonne rigolade à classer entre Shaun of the Dead et Cockneys vs zombies.

Bonus : bandes-annonces et trailers, scènes supplémentaires, coulisses du film et des effets spéciaux, « Zombieland est votre pays » (la zombiefication des États-Unis).

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac