Tu payes ton coup ?

Chroniques BD
06
Avr
2015

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

C’est quand même un monde que le Goon, un gros patibulaire au service du parrain Labrazio, soit un des derniers remparts avant le chaos général.

Avec son pote Franky, un petit nerveux totalement frappadingue, il sape systématiquement les tentatives maléfiques du prêtre zombie et son armée de morts-vivants qui tentent, comme vous l’avez déjà deviné tout seuls, de s’emparer du pouvoir, de la ville, du mooooonde !

Visez le bestiaire… Loups-garous, zombies, singes, calmar et rats géants, flics corrompus, vampires, barbeau humanoïde, fantômes, créatures du marais, et même les lutins tarés du Père Noël mettent le boxon, Goon a fort à faire de ses journées. On apprend même son triste passé et incidemment celui du Prêtre dans cet excellent premier volume où affleure parfois l’émotion, si si !!

Niveau dessin, les amateurs ne risquent pas d'être déçu par ces excellents dessins et ces belles couleurs, ces personnages déjantés et des scénarios qui ne le sont pas moins, on découvre enfin une génération de comics plus classe avec un humour sombre et acide avec en sus beaucoup de clins d’oeil à l’horreur et des dessins du coup assez explicites, hérités des Contes de la crypte et autres Le Retour des morts-vivants (trafic de cerveaux, miam !). Une vraie réussite à découvrir. 

159 pages en couleurs, 

ISBN : 2847897666

© GED Ω - 06/04 2015

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.