Tu payes ton coup ?

Chroniques BD
13
Mai
2015

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

[Publié à l'origine dans C Le Mag N° 124]

Lui, l'assassin, peut envisager le meurtre gratuit ou presque, glané en marchant dans la rue, comme un art extrêmement subtil et raffiné. Ceci dit, « Je ne cherche pas à être applaudi. Mais à observer les réactions provoquées par mon œuvre » explique le professeur d’histoire de l’Art Enrique Rodriguez Ramirez. Sa vie « officielle » le voit directeur d'études, et pas n'importe lesquelles, elles s'attaquent à « la représentation du supplice dans la peinture occidentale ». De quoi tout de même éveiller des soupçons. Qui se retournent évidemment contre lui quand l’improbable arrive, un meurtre qui n’est pas de son fait et pourtant « signé » comme un des siens… 

Antonio Altarriba, accompagné ici du grand dessinateur Keko (de son vrai nom José Antonio Godoy) que l’on situe un peu à croisée des MillerEisner et Tardi option clair-obscur, est de retour dans l’actualité après le fameux L’Art de voler qui se tailla en 2011 une belle tranche de succès, et si on se fie au soin apporté à ce très bon Moi assassin, on suppose qu’il suivra forcément le même chemin vers les hauteurs. Car on parle ici d’un superbe bouquin au format fort chouette, en bichromie noir / rouge splendide et qui comprend de plus en filigrane une froide évocation de la question basque et de l’épineux passé espagnol…

Seriez-vous en manque de roman graphique et de noirceur ? Il vous faut celui-ci. Après tout, « l’Art est plus fréquemment terrible que beau… et il relève davantage de la transgression que de l'obéissance à une norme… »     

 

134 pages, 19,90 €

ISBN: 9782207116883

 

© GED Ω - 13-05-2015

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.